jeudi, 09 février 2017 09:44

Opus 101 : notre écoute.

Évaluer cet élément
(23 Votes)
Opus 101

Nous entamons, avec cet article, une série d'écoute de systèmes Haute-Fidélité élaborés par nos soins.
Ce que nous nommons, dans le langage commun, Chaîne Hi-Fi sera analysé, ici, via le prisme, forcément subjectif, d'un mélomane, d'une personne qui apprécie peut être encore plus la musique que les sons et le matériel.

Un des objectifs plus ou moins avoué de ces "écoutes" est de vous présenter de nouvelles musiques, de nouvelles interprétations, des enregistrements récents ou un peu plus agés, de vous parler un peu Musique. Ensuite, à vous de découvrir toutes ces pépites grâce à notre partenaire QOBUZ, soit en écoute "streaming" soit, ce qui est préférable, en achétant ces beaux albums, pensez aux artistes !

 

Système écouté : (lien boutique web)


Sources : InnuOS Zen MKII XL (serveur audio)
Préamplificateur et DAC : Leema Libra
Bloc de puissance stéréo : Helixir HPLSD 500
Enceintes : Xavian Orféo
Pieds pour enceintes : Xavian Metallico  
Câbles de modulation : Studio Connections Black Star
Câble USB : Leema Reference
Câbles pour enceintes XLR : Studio Connections Black Star
Cable secteur : Studio Connections Black Star
Conditionneur secteur : GigaWatt

 

Le Choix des éléments :
DSC04079 opus101

Après la lecture de notre article "Comment choisir ses éléments Hi-Fi" (article à venir), vous connaissez tous les paramètres de l'équation permettant d'élaborer un système audio de qualité adapté à votre pièce d'écoute, à vos habitudes d'écoute et au budget que vous souhaitez allouer à votre passion.

"Comment mettre en valeur les magnifiques enceintes compactes Xavian Orféo ?" : telle fut la question.
Depuis plus de 18 mois, nous apprécions (lire test ici) ces enceintes que nous écoutons très régulièrement avec des électroniques très différentes. Connectées à l'amplificateur intégré FONEL Emotion AB, les résultats d'écoute sont déjà exceptionnels, pouvons-nous aller plus loin dans la reproduction de la scéne sonore, dans le rendu des instruments, dans la vérité de la Musique ?
Après de nombreux tests, nous vous passons les détails, nous sommes arrivés à la configuration ici écoutée. L'objectif était vraiment d'exploiter ces enceintes à au moins 98% de leurs possibilités tout en restant dans un budget, certes élevé, mais justifié. Grâce au système audio constitué nous obtenons une qualité d'écoute, une qualité de restitution de la Musique que certaines configurations élaborées autour d'enceintes beaucoup plus onéreuses (Focal, B&W, Triangle, Cabasse et autres) ne pourront jamais égaler... Question de savoir faire et d'honnéteté musicale !

Le choix du préampli/DAC Leema Libra nous a semblé comme une évidence. Cet élément est un vrai préamplificateur analogique digne des très bons préamplificateurs que nous trouvons sur le marché de l'audio, dans lequel le constructeur gallois a intégré un DAC très Haut de Gamme aux performances redoutables, ouvert à tous les formats audio disponibles.
Sélectionner le bloc de puissance fut plus cornélien, celui proposé par Leema, l'Hydra II se révèle très performant, dynamique et musical mais le petit plus qui déclenche les avalanches nous l'avons trouvé lorsque l'amplificateur stéréo Helixir Audio HPLSD 500 fut connecté aux enceintes. Ce petit plus, nous le ressentons dans la reproduction de la ligne de basse, un brin plus franche, légérement mieux dessinée, dans l'élaboration d'une scéne sonore encore plus stable, mieux définie.
Pour les câbles, là aucune surprise ou plutôt si, la nouvelle gamme du constructeur anglais Studio Connections écrase la concurrence, les Black Star (ex Platinum) sont exceptionnels. Pour investir de telles sommes dans de simples câbles il faut certainement être "fou" mais cela change tout, cela vous ménera encore plus loin sur le chemin de la vérité musicale.
Qu'allions nous utiliser comme source, une belle platine Scheu, le vinyle est à la mode ou avouons... Amis mélomanes, 95% de nos écoutes sont réalisées à partir de fichiers musicaux aux formats très souvent Hires (flac 24 bits ou DSD) stockés sur un serveur audio. Alors, naturellement notre choix, pour entre autre sa facilité d'utilisation, l'Être Humain est naturellement paresseux, se porta sur le serveur audio InnuOS Zen MKII XL qui comporte une sortie USB dîte audiophile, des alimentations très "silencieuses" et un stockage de 4 To. 
Ajoutons à tout ce matériel, les beaux pieds Xavian Metallico permettant d'installer les enceintes à la bonne hauteur et les écoutes purent débuter...
DSC04080 opus101

Les Musiques écoutées :

 
Balsom Felicien David Gabriel Faure List
 Lyn Stanley  Mesolella  Depardieu  Miles Davis

 Toutes ces musiques sont stockées en Haute Définition sur le disque dur interne de notre serveur audio.

Après le choix compliqué mais passionnant des 8 titres musicaux servant de base à nos écoutes de ce jour, régalons-nous de musique ! (Nous sommes désolés mais certaines musiques n'existent pas à l'écoute sur QOBUZ. Faîtes pression afin que l'entreprise fançaise enrichisse son catalogue disponible).


A l'écoute du négro-spirituel "Nobody Knows The Trouble I've Seen", me revient en mémoire deux superbes artistes l'un, un des trompettistes les plus connus, inventeur d'une certaine musique Jazz, Louis Armstrong qui en donna une magnifique interprétation dans un disque de 1958 demeuré historique : "The Good Book" et l'autre, un chanteur- auteur français Claude Nougaro qui en hommage au trompettiste ci-dessus cité écrivit une belle chanson. Nostalgie !
L'interprétation que nous offre la belle trompettiste anglaise Alison Balsom est loin d'égaler en émotion, à notre avis, les enregistrements précédemment décrits. Mais cette version a pour elle le son de la trompette de cette artiste star en son pays. Le système nous restitue, à un volume sonore indécent, toutes les vérités de ce superbe instrument. Pour ceux qui nous connaissent, vous savez que nous adorons tester un système Haute-Fidélité avec cet instrument de la famille des cuivre car il est rare que les enceintes s'en sortent avec les honneurs. Très souvent, trop souvent l'instrument sonne comme un jouet d'enfant en plastique et les belles harmoniques cuivrées de la trompette s'assèchessent et disparaissent. 
Remarque : au vu de sa taille et de son prix, le volume sonore que l'amplificateur Helixir Audio est capable de fournir est très étonnant. Il peut, dixit son créateur, délivrer jusqu'à 50 ampères par canal.

Miles Davis nous "accompagne" depuis quarante années. Nous avons découvert le Jazz en sa compagnie et revenons très réguliérement à sa musique. Nous ne vous cacherons pas que, depuis quelques années déjà, les enregistrements que nous préférons du musicien s'étalent de 1968 à 1975 et couvrent sa période dite "électrique" dont les deux, n'ayons aucune hésitation, chef d'oeuvres que sont les albums In the Silent Way et Bitches Brew. Pour en savoir plus, à vous Wikipédia : Miles Davis.
Si nous vous affirmons que lors de l'écoute de la piste Bitches Brew (version DSD, copie du sacd japonais), nous nous retrouvons en studio avec les musiciens, allez-vous nous croire ? La clarinette basse est incroyable, le son de Miles toujours aussi "divin", la basse de Dave Holland majestueuse de précision, quelle rythmique il formait avec le batteur, et quel batteur, Jack DeJohnette (vous savez celui qui avec Keith Jarrett marquera à jamais l'histoire du trio de Jazz), et les interventions intellligentes et étonnantes de Chick Corea... 27 minutes de pur bonheur musical...
Vous ne pouvez qu'imaginer, vous n'êtes pas présents à nos côtés pour apprécier cette écoute hors norme alors faîtes nous confiance et devenons vos oreilles.
Remarque : la lecture des fichiers au format DSD est un vrai plus (par rapport aux fichiers HiRes 24/96 ou 24/192), plus de fluidité, plus de matière et moins de numérique. Bravo au DAC Leema pour sa précision, sa globalité et sa musicalité.

Sinon, si vous nous connaissez bien, plutôt très bien, vous savez que nous avons un petit penchant pour les musiques qui sortent un peu des sentiers battus et rebattus. D'où notre goût plus que prononcé pour la musique contemporaine, vous savez celle qui est composée par des musiciens vivant ou presque vivant. De la musique savante issue de brillants cerveaux, les dignes héritiers des Bach, Mozart, Beethoven et Wagner (bizarre, rien que des germanophones).
Nous avons craqué pour la superbe oeuvre du musicien danois Hans Abrahamsen, Let me tell you interprétée ici par la brillante soprano Barbara Hannigan (qui n'a pas vu sur Youtube son interprétation d'une oeuvre de Ligeti ? Allez pour le plaisir je vous offre le lien : Ligeti-Hannigan).
La voix de la soprano est reproduite avec aisance, beauté et naturel, nous pourrions la "déguster" des heures durant. L'orchestre ample prend sa place derrière la soliste et nous gratifie d'une belle dynamique et de nombreux détails passionnant.
Remarque : les enceintes bibliothèques Xavian Orféo nous offrent ici, malgré leur format, une écoute digne d'une grande enceinte Haut de Gamme. Impossible, les yeux clos, d'imaginer que nous écoutons une enceinte haute de moins de 40 cm.

Qui connaît le compositeur français Félicien David ? Allez soyez honnête... Personne ou presque. Et pourtant son oeuvre symphonique avec choeurs et solistes de plus de 90 minutes, Le Désert, est somptueuse. Musique facile d'accès, aux très belles mélodies et par moment un peu "pompeuse" comme il se doit pour une oeuvre française du XIXéme siècle, le confort et la facilité d'écoute est parfois permise et de toutes les manières il n'y a pas de mal à se faire du bien de temps à autre.
Félicien David connaît tout son Berlioz l'a écouté et assimilé et d'ailleurs voilà ce qu'en écrivit le Grand Maître : "...Si nous étions un peuple artiste, si nous adorions le beau, si nous savions honorer l'intelligence et le génie, si un Panthéon existait à Paris, nous l’eussions vu, dimanche dernier, illuminé jusqu'au faîte, car un grand compositeur venait d'apparaître, car un chef d'œuvre venait d'être dévoilé. Le compositeur se nomme Félicien David ; le chef d'œuvre a pour titre le Désert, ode symphonie !". Nous vous conseillons vraiment l'acquisition du superbe enregistrement ici écouté et qui prend toute sa dimension, toutes ses dimensions dans notre salon grâce à la reproduction d'une scéne sonore plausible, grâce à des timbres (couleur des instruments) réalistes de toute beauté et surtout grâce à la véracité du message sonore reproduit par notre système réellement Haute Fidélité.
Remarque :  l'amplificateur Helixir Audio est vraiment étonnant. Lors des messages sonores complexes et, ici nous sommes gâtés, grand orchestre, grand choeur, tous les plans sonores restent lisibles et précis. Aucun effet de masque, de pompage n'est constaté. Aucune dureté n'est émise. L'écoute reste naturelle et d'une grande fluidité. 

 

Si Charles Aznavour a bercé notre jeunesse, notre adolescence nous a vu passer des heures et des heures en tête à tête avec Manset et Barbara. Aujourd'hui, pour cette écoute, c'est Barbara qui retient notre attention, enfin Barbara pas la chanteuse mais l'auteure-compositrice.
Des albums publiés en hommage à l'Artiste, il en existe de très, de trop nombreux de Bruel à Angelina Wisme, de moyens, de mauvais, de bons aucun. Et, il y a ce vendredi 10 février 2017... Gérard Depardieu, l'acteur, nous offre un album hommage, 13 chansons à savourer. G. Depardieu n'est certes pas une grande voix (ce n'est tout de même pas le Renaud de 2016, ouf) mais G. Depardieu est un grand artiste et, lui a réellement connu et travaillé avec Barbara ; "Lily Passion". Qui est plus légitime que l'acteur français pour nous proposer sa vision de l'univers de l'artiste chanteurse et musicienne ? Grâce à une diction parfaite, les textes de Barbara gagnent une transparence jamais entendue, ils prennent dans l'interprétation de G. Depardieu une autre dimension. La prise de son à la Leonard Cohen (la voix de Dieu) ajoute encore à l'émotion...
Dans la salon, tout disparaît et ne reste que nous, auditeur, l'acteur français et les musiciens (ceux qui ont accompagnée Barbara) discrétement installés en fond de salle ; 100% émotion telle est l'analyse de cette écoute. 
Remarque : qu'est-ce la musique sans émotion ? Les Xavian Orféo sont de terrifiants transducteurs transformant de la simple électricité en ondes sonores émotionnelles, du très bel ouvrage !

DSC04063 opus101

Conclusion :

Comment résister au plaisir d'écouter de la musique au travers un tel système audio ? Fermons les yeux, tamisons les lumières et embarquons pour un prodigieux voyage dans le temps et l'espace. Tout disparaît, ne reste que les notes... 

Objectivement, nous pourrions obtenir un peu plus de détails, un grave un peu plus abyssal, une scéne sonore profonde de quelques centimétres de plus mais à quels coûts ?

Ici les résultats musicaux sont stupéfiants, ce système est facile à vivre, ouvert sur notre époque, écoute de fichiers en Haute Définition, streaming (Spotify, Qobuz, Tidal...). Son installation est aisée et ne nécessitera pas des semaines de tests et de recherches.

Du clef en main de très haut niveau !

 

(Les écoutes furent réalisées dans une pièce d'un volume d' environ 90 m³. Ecartement des enceintes (tweeter à tweeter) 2,10 m., distance du fauteuil 2,80 m.. Les enceintes sont à environ 1,40 m. des murs arrières et à 1,20 m des murs latéraux. Elles sont positionnées sur des supports lourds et stables Xavian. Les électroniques sont installées sur un meuble Spectral et découplées par des Dilixaudio Cantabile.)

Lu 2044 fois
Plus dans cette catégorie : Opus 120 : notre écoute. »

Laissez un commentaire

Vérifiez à bien remplir les champs requis dans le formulaire signalés par (*).


Afin d'éviter le captcha, nous vous conseillons de vous connecter au blog via : http://www.opus51.fr/connexion