dimanche, 04 septembre 2016 14:50

Fonel Renaissance : le test

Évaluer cet élément
(24 Votes)

Avant de commencer ce test, un petit clin d'oeil à Olga de la société Fonel Audio basée, pour encore quelques mois, à Berlin :  "Il y a deux moyens d'oublier les tracas de la vie : la musique et les chats." (A. Schweitzer)... Pour nous, c'est la musique...

Ne revenons pas sur cette compagnie allemande qui depuis de nombreuses années conçoit et produit des éléments Haute-Fidélité de grande qualité. En test un appareil que nous pratiquons depuis maintenant quelques mois, le préamplificateur Fonel Renaissance

Lien boutique web : Fonel RENAISSANCE

vendredi, 01 juillet 2016 00:00

Fonel Avalon : Le rêve !

Évaluer cet élément
(34 Votes)

La mise au point et l'optimisation de cet amplificateur furent longues et laborieuses mais enfin, suite à de nombreuses modifications nous avons le bonheur d'écouter, depuis près de deux semaines un amplificateur MERVEILLEUX !

De mémoire d'audiophile, traînant dans le métier depuis de trop longues années, nous n'avons jamais entendu pareil résultat. C'est inouï ! L'équipe des développeurs de chez FONEL a réussi l'exploit de nous concevoir un appareil d'une musicalité, d'une finesse, d'une précision, d'une définition jamais entraperçues. 

Voilà vous venez de lire la conclusion de ce test, qu'allons pouvoir raconter de plus ? Voyez les notes en fin de test, nous n'en avons jamais attribuées de telles. 

lien boutique : FONEL AVALON 

dimanche, 07 février 2016 12:28

Fonel "La Viva" : le test

Évaluer cet élément
(16 Votes)

Ne vous fiez pas aux apparences, le mini système triphonique audio Fonel "La Viva" est une une vraie chaîne Haute Fidélité qui vous accompagnera durant vos longues pérégrinations musicales

Des systèmes audio 2.1 (deux point un), depuis de nombreuses années, nous en avons écouté. Dans 99% des cas ils sont loin d'atteindre les objectifs musicaux demandés pour intégrer la noble famille des chaînons Haute Fidélité.

Dès son installation, le système tout-en-un du fabricant allemand Fonel nous a séduit, l'écoute rapide et neutre méritait un test plus approfondi.

lien boutique : FONEL LA VIVA

 

FABRICATION :

Le système Fonel "La Viva" se compose de deux satellites et d'un caisson clos dans lequel est logé les amplificateurs, le convertisseur audio et toutes les connexions.
Chaque satellite mesure environ les 2/3 d"une page format A4 soit une hauteur de 25 cm sur une largeur de 17 cm. Ils sont clos, sans évent ce qui permet de les installer, par exemple, sur une étagère contre un mur. Nous y trouvons deux haut-parleurs Vifa gérant le medium et les aigüs. Aucun filtre pour ces haut parleurs ne vient encombrer le superbe châssis en bois et cuir (synthétique) d'un design somme toute assez original.
A la vue de la photo ci-dessous, vous remarquerez la forme assez spéciale de la face avant des satellites avec le tweeter positionné vers le bas et formant un angle de 150° (environ) avec le haut-parleur medium. L'objectif d'un tel dispositif et de créer une seule zone d'émission du son pour les deux haut-parleurs afin de "travailler" comme un haut-parleur large bande ou coaxial, l'image sonore ainsi formée pour l'auditeur s'en trouve, théoriquement, améliorée.
Le caisson d'une hauteur de 41 cm et d'une largeur de 35 cm embarque un très beau haut-parleur de grave de 24 cm, des amplificateurs en classe AB (grave et mediums) et en classe A (tweeters) pour chaque haut-parleur du système, un étage de préamplification comportant un volume analogique Alps, un Convertisseur Cirrus Logic 24-192 kHz possédant une horloge haute précision propriétaire et un système sans fil de type HiFace.
Une superbe télécommande en bois est fournit avec le système "La Viva", elle permet de sélectionner les sources, de gérer le volume et posséde une touche "mute" afin de positionner le volume à zéro lors d'un appel téléphonique par exemple.
Pour terminer ce petit tour d'horizon, précisons que ce mini-système audio signé Fonel vous sera livré avec des câbles pour les satellites d'une longueur standard de 3 mètres. D'autres dimensions, à la commande, sont possibles. 

fonel laviva remote

Caractéristiques principales 
 
  • les entrées : fonel laviva opus51   
       - 1 x USB asynchrone : 192 kHz/24 bit (HiFace 2)
       - 1 x Connexion sans fil : 48 kHz/16 bit
       - 1 x S/PDIF (coaxiale)
       - 1 x Optique
       - 1 x RCA réellement analogique
       - 1 x Mini-jack analogique
  • Bande passanet des électroniques : 5 - 100 000 Hz
  • THD : Pnom < 0.005% bei P=1 W, < 0.001%
  • Bande passante acoustique : 30 - 30.000 Hz
  • Nombre d'amplificateurs : 3 par canal
  • Dimensions:
       - Satellites : 250 x 170 x 145 mm
       - Caisson : 410 x 350 x 355 mm
  • Poids de l'ensemble :34 kg
 
 
 

Les écoutes ont toutes été réalisées dans une pièce d'environ 22 m² et d'une hauteur de plafond d'environ 3,60 mètres. 
pour ce test nous avons, pour sources, principalement utilisé un micro-ordinateur sous système Daphile (www.daphile.com) relié au système par un câble USB BlackRhodium Star.

 

Musiques écoutées :

  1. HiRes - Bill Frisell - As a Judgement  (When You Wish Upon A Star - Okeh 2016) Qobuz
  2. HiRes - L. van Beethoven - Symph. n° 5 - Finale (Harnoncourt - Sony Classique 2016) Qobuz
  3. HiRes - Miles Davis - Concierto d'Aranjuez (Sketches of Spain - Sony 1959) Qobuz
  4. HiRes - P. Vasks - Gramata cellam Fortissimo (vasks:Presence - Sol Gabetta - Sony Classique 2015) Qobuz
  5. HiRes - G. Mahler - Symph n°6 - Andante (M. Tilson-Thomas - San Francisco Symphony 2002) Qobuz
  6. HiRes - R. Waters - Amused to Death (Amused to Death - Columbia 2015) Qobuz

 

 IMAGE :

En ce début février 2016, le guitariste jazz, Bill Frisell commet son nouveau millésime. When You Wish Upon A Star, se compose de 16 plages toutes des reprises de musiques de Film. Qobuz, ne livrant pas le livret lors de l'achat des fichiers Haute Définition je ne pourrais pas vous en dire plus quant aux superbes musiciens qui accompagne le jazzman américain.
Quoiqu'il en soit l'enregistrement est de toute beauté et à son écoute, au travers du système Fonel "La Viva", les yeux clos, il nous est impossible d'affirmer que nous écoutons un système tri-phonique composé de si petits satellites. Sur un des thémes que E. Morricone composa pour le film "Once Upon a Time in the West", As a Judgement, nous écoutons sur notre droite une batterie puissante et profonde, sur la gauche la guitare de B. Frisell et au centre une contrebasse qui sera ensuite rejointe par un violon électrique. Tout ce beau monde est positionné parfaitement dans un espace tridimensionnel réaliste et surtout aucun flottement, aucune incertitude n'est ressentie même lorsque nous poussons le volume sonore à des niveaux déraisonables.

Cet enregistrement de la cinquième symphonie de L. van Beethoven capté lors d'un concert donné à Vienne en juin 2015 sera certainement l'un des testaments musicaux du grand chef N. Harnoncourt. Ici, le chef autrichien dirige l'orchestre qu'il a créé en 1953, le Concentus Musicus Wien qui joue sur instruments anciens. Si les violons paraissent encore un peu "verts", les cordes graves sont magnifiques et les pupitres des vents et des cuivres reconquièrent la place que le génie allemand leur avait dédiée. "Sony Classique" nous livre un enregistrement assez naturelle, à la dynamique presque respectée et à la scéné sonore réaliste. Tous ces éléments sont parfaitement gérés par le système Fonel "La Viva", cela en devient très étonnnant, peu de système audio à moins de 10.000 euros peuvent fournir de telles prestations. 

 

 TIMBRES :

Il m'en souvient, je devais avoir dix-huit ans, au volant d'une Renault, j'entrai en Espagne. La Radio jouait le Concierto d'Aranjuez par Miles Davis... Nostalgie...
La fameux test de la trompette est réussit avec maestria, la Fonel" La Viva" respecte les couleurs de cet instrument qui ici ne klaxonne pas, qui ici ne se mue pas en jouet pour jeune enfant. L'art du grand Miles nous est rendu, grâce à cette version HiRes, dans toute sa splendeur, quelle subtilité, quelle délicatesse dans les phrasés.
 
Peteris Vasks est un compositeur contrebassiste letton né en 1945. En 1978, il composa un "livre" pour violoncelle solo au nom de "Gramata cellam", ici interprété par Sol Gabetta et son célébre Guadagnini de 1759.
Grâce à l'écoute du violoncelle, nous nous rendons compte que les ingénieurs allemands (?) ont bien travaillé. Le mariage entre le caisson et les satellites est tout simplement parfait. La bande passante exploitée par l'instrument à cordes s'étend du grave, reproduit par le caisson, au medium, reproduit par les satellites mais dans aucun cas nous ne ressentons de différence de timbre et de vivacité. Bon travail là aussi.
 
Existe t'il musique plus belle que cet Andante de la sixiéme symphonie de Gustav Mahler, le calme après la tempête, le repos avant la lutte finale.
L'interprétation offerte par le chef américain M. Tilson-Thomas à la tête de son orchestre de San Francisco nous permet de gouter avec grand plaisir à toutes les subtilités d'orchestration mise en oeuvre par le grand Maître autrichien. Les timbres, les couleurs reproduit par la Fonel "La Viva" sont dignes d'ensembles Haute Fidélité bien plus onéreux. Mais Attention, ici rien n'est tricherie, rien n'est artificiellement embelli, tout est rendu dans son plus simple apparat, tel medium ne sera pas réchauffé, tel grave ne sera pas boursouflé, tel aigü ne sera pas tronqué et masqué.
 

DYNAMIQUE :

Comme vous l'avez certainement deviné, à la lecture des précédents paragraphes, le système Haute-Fidélité Fonel "La Viva" est d'une grande transparence et d'une belle neutralité. A ces qualités s'ajoute une dynamique hors paire pour un système à ce tarif.
L'écoute du troisième album de Roger Waters (ex-bassiste et tête pensante du Pink Floyd), Amused to Death, révéle généralement tous les défauts et manquements d'un système Hi-Fi. Ici quelles surprises ! La mise en phase des petits satellites à la forme si particulière est excellente et les effets de spatialisation sont rendus avec une précision chirurgicale, le moindre écarts de dynamique et instantanément retranscrit et ceçi sans tassement même à haut volume d'écoute, la moindre petite nuance dans la voix de Roger Waters est livrée avec réalisme.

Etonnant, à écouter absolument pour y croire ! 

  

RAPPORT QUALITE/PRIX :

Si nous devions partir sur une île déserte et que pour seul budget audio nous ayons 5.000 euros, alors le système Fonel "La Viva" serait de la partie car, marié à un ordinateur et à un gros disque dur, nous pourrions jouir de nos musiques durant de nombreuses années. C'est tout dire !

Avec "La Viva" nous sommes en présence d'un vrai système ACTIF et cela s'entend. Nous avons du mal à comprendre l'engouement pour les enceintes passives qui proposent quelquesoit leurs tarifs des écoutes légèrement aseptisées. Comme mélomane et après avoir gouté aux enceintes actives et, de Fonel et, de B&M il ne me viendrait plus à l'idée, si le budget était en ma possession, d'acquérir d'autres types d'enceintes et d'électroniques. Grâce à Fonel, le droit d'entrée dans l'univers de l'Actif de qualité devient un brin plus accessible et c'est tant mieux !

 

Les "Pros and Cons" : 

+ qualités de fabrication,
+ les fonctions disponibles,
+ grandes qualités musicales,
-  attention au réglage et à l'emplacement du caisson,
-  pas de liaison Bluetooth,
- pas de sortie casque. 
 
     
Le Système d'écoute :
 

Préamplificateur :
Amplificateurs : Fonel La Viva
Sources : micro-ordinateur Daphile
Enceintes : Fonel La Viva
Câbles de modulation :
Câbles HP : Fonel La Viva
Cable secteur : Studio Connections Power Carbon SE
Conditionneur secteur : Isol-8


Les Notes  :
 
Fabrication : 15/20
Image : 16/20
Timbres : 15/20
Dynamique : 17/20
Transparence : 17/20 
Qualité/Prix : 18/20
 

 

Les propos et les avis énoncés dans ce test n'engagent que l'auteur de ce test et en rien la société Opus 51

jeudi, 28 janvier 2016 13:33

Fonel Avalon : lu dans la presse

Évaluer cet élément
(15 Votes)

L'amplificateur intégré Haut de Gamme Fonel Avalon  vient d'être écouté et testé par la presse Hi-Fi française. Le magazine Haute-Fidélité dans son daté février/mars 2016, n° 215, relève :

"L'intégré Fonel dispose d'atouts technologiques incontestables (puissance, classe A, schéma hybride) et d'une musicalité de belle authenticité... Les voix sonnent avec une justesse tonale vraiment convaincante. La remarquable structure harmonique des notes contribue à une certaine similitude tonale avec les éléments séparés de notre système rerpére de haut de gamme, ce qui en soi est une véritable performance."

lien boutique : FONEL AVALON

dimanche, 24 mai 2015 11:03

Fonel Eureka : le test

Évaluer cet élément
(34 Votes)
En ce très beau dimanche printanier, un choix cornélien se posait, que devais-je faire ? Enfourcher le vélo et me balader dans la campagne champenoise ou écouter un peu de musique et tester enfin ces superbes colonnes semi-actives (chaque enceinte est équipée d'un amplificateur en classe AB alimentant les woofer) que sont les Fonel Eureka.

Se replonger dans la musique à l'écoute d'un système d'une très grande musicalité, une semaine après le salon Haute-Fidélité de Munich fut un grand plaisir. Le système écouté, quoique très onéreux (environ 25.000 euros) procure beaucoup plus de plaisir que certains systèmes écoutés outre-Rhin dix fois plus voire vingt fois plus onéreux.
Pour débuter ce test, l'amplificateur sélectionné fut l'exceptionnel Fonel Emotion Classe A, il n'y a pas de mal à se faire du bien. Ensuite les écoutes furent confirmées avec le beaucoup plus neutre, plus droit amplificateur Leema Tucana II et le plus grand public Yamaha A-S3000.

FABRICATION :

Ces colonnes, très logeables dans un intérieur domestique, d'une hauteur de 1 mètre, présentent une superbe façade en vrai bois d'arbre (Complice) équipées chacune de quatre haut parleurs de marque Vifa, un grave "papier" de 20 cm alimenté par son propre amplificateur de 260 w., deux médiums "papier" de 10 cm et d'un tweeter dual-ring. Ce sont des enceintes closes donc, dans l'absolu, faciles à positionner mais comme pour toutes les enceintes réellement Haut de Gamme, les murs trop proches seront leur ennemis.

Caractéristiques
 :
Sensibilité 91,5 dB
Enceinte trois voies passive cde type close
bande passante : 22 - 35000 Hz
Puissance amplificateur AB pour la partie grave : 260 W
Ajustement du grave :  ± 3 dB
Dimensions : 1050 x 330 x 250 mm
Poids : 32 Kg (l'enceinte)


IMAGE :


Comme tout système Haut de Gamme qui se respecte, à l'écoute attentive (!) les enceintes disparaissent réellement, sur le Stevie Ray Vaughan, par exemple, les yeux clos, il devient impossible de les positionner avec précision dans l'auditorium. La scène sonore, devant nous est réaliste autant en profondeur quand largeur, ceci devient encore plus flagrant à l'audition de l'enregistrement Mercury du Shéhérazade de 1958 qui, si par les timbres reproduits date un peu, par son image, par l'espace tridimensionnel qu'il construit devant le mélomane est exceptionnel.
Nous retrouvons ces mêmes qualités sur le très réussi dernier album de Francis Cabrel, certainement son tout meilleur depuis longtemps. L'artiste se tient devant l'auditeur entouré de ses musiciens, nous sommes plongés dans un studio assez petit en grande intimité avec les intrumentistes. Bravo !

TIMBRES :

L'orchestre de 1958, à l'écoute des Eureka est très différent de l'orchestre de 2014. Sur le Shéhérazade, les timbres sont légèrement surannés, l'interprétation de Dorati sort des sentiers battus, l'oeuvre de Rimsky Korsakov devient presque rugueuse, violente loin des clichés vaporeux des Milles et une Nuits romantiques habituels, mais malgré cela les microphones, très certainement à tubes, rendent certes parfaitement la dynamique mais impriment une coloration à tous les timbres des instruments. Cette coloration très typique des 50's disparaît à l'écoute de la magnifique oeuvre de Addinsell qui, en un peu plus de 10 minutes, vous résume tout Rachmaninov. Là, le grand piano de concert s'installe dans l'auditorium avec sa dynamique, la main gauche plaque des accords vigoureux et précis reproduits à merveille tandis que la main droite égrene une multitude de notes perlées virevoltantes dans l'espace, nous oublions complètement le système audio pour prendre un réelle plaisir à vivre la musique. Et nous n'avions encore rien entendu...
Si vous connaissez Opus 51, vous savez certainement notre attachement à la musique fin de siècle du Vienne Impérial et encore plus à celle de Gustav Mahler. L'interprétation, en soit, des Knaben Wunderhorn par J. Norman est exceptionnelle quoiqu'en disent certains experts. Ici à l'écoute du LP elle devient MAGIQUE, la voix de la Diva est... "divanesque" ! Sa présence, sa dynamique, son timbre (les chanceux qui l'ont entendue en concert le savent) sont reproduits avec vérité, c'est à tomber ! Encore Bravo !


DYNAMIQUE :

Parlons vrai, le critère "dynamique" concerne plus les sources et encore plus l'amplificateur, écoutez un Devialet et vous comprendrez... que les enceintes. Encore plus important que la dynamique est la micro-dynamique, c'est à dire la reproduction sans tassement des plus infimes écarts dans l'intensité des notes (cf encore une fois le contre exemple Devialet). Mais certaines enceintes sont conçues, mal conçues, de telle sorte que toutes les notes sont pratiquement jouées avec la même intensité sonore, comme si le rendu musical optimal était celui d'un enregistrement transformé en fichier mp3 128 K. J'ai eu cette désagréable surprise, par exemple, à l'écoute des Tannoy Turnberry ou d'autres modèles de la marque Raidho ou  Scansonic, liste non exhaustive mais enceintes écoutées très récemment ayant ce grave défaut et me venant en tête.
Les Fonel Eureka sont loin de tout cela la dynamique reproduite arrive presque, j'ai bien écrit presque, à celle entendue lors de concert. La dynamique c'est la possibilité de reproduire avec silence les notes les plus faibles et avec aisance les nuances les plus fortes plus l'écart est grand, plus le respect de la réalité musicale est présente. Mais ces critères exigent des amplificateur très réactifs et costauds. Avec les Eureka se problème disparaît car elles s'occupent, avec grande maestria, elles-même de ce qui est le plus pénible pour un amplificateur, j'ai pointé cette fameuse gestion des notes les plus graves grandes consommatrices d'énergie.

TRANSPARENCE :

Ici aussi, si l'enceinte est conçue correctement avec des haut parleurs neutres, la transparence doit être de mise. Mais malheureusement, une très grande majorité des enceintes actuelles sont très colorées, les haut parleurs bien souvent utilisés qu'ils soient en céramique, en polypropylène ou tout autre matière exotique imposent aux timbres une coloration marquée c'est à dire créent des harmoniques audibles autour des sons reproduits...
Alors l'enceinte chante !
C'est étrange certaines personnes semblent être insensibles à ces harmoniques que j'estime disgracieuses pour preuve, la lecture d'un test concernant des enceintes Vienna Acoustics où le journaliste, certainement de bonne foi, concluait son article en écrivant que ces Grand Bach, puisqu'ainsi se nomme ces enceintes autrichiennes, sont des enceintes colonnes d'une très grande neutralité alors que c'est tout le contraire, tous les haut parleurs utilisés par ce constructeur impriment une coloration à la reproduction sonore de vrais instruments, et principalement des cuivres. Souvenez-vous de la trompette "en plastique" de Louis Armstrong Sourire

Fonel équipe toutes ses enceintes de haut parleurs assez simples et classiques, certains diront bon marché, utilisés dans les bandes passantes où ils s'expriment parfaitement d'où cette grande neutralité et transparence à l'écoute des réalisations du constructeur allemand. Seul souhait que nous pourrions avoir c'est une sensation encore plus grande de rapidité mais celle-ci ne se retrouve que dans certaines, très rares, réalisations très Haut de Gamme.

 

RAPPORT QUALITE/PRIX :

Arrêtons de rêver et retour sur Terre, en France, en Champagne et constatons qu'une paire d'enceinte à 9.500 euros ce n'est pas rien mais... Le mélomane, l'audiophile en a, pour une fois dans le monde de la Hi-Fi Haut de Gamme, pour son argent. L'écoute de ces enceintes, si vous possédez une vraie bonne et musicale électronique, est exceptionnelle. Des heures entières sans ressentir la moindre fatigue, l'envie de "galoper" d'une galette à une autre, le plaisir des émotions, la puissance d'un riff, le sursaut à l'attaque franche et décisive d'une caisse claire, la frayeur au triple forte d'un orchestre symphonique, tout ici est Magie.

Les "Pros and Cons" - hommage à Roger Waters Complice  : 
     + la beauté de la finition, vrai bois des façades des enceintes, 
     + les vraies qualités musicales,
     + la facilité d'emploi,
     - guère (je n'ai jamais compris ce qu'entendait pas là un trop célèbre journaliste),
     - le prix mais réellement justifié
 

Musiques écoutées :

  1. CD - Francis Cabrel - Dur comme Fer (In extremis - Sony Music 2015)
  2. CD - Addinsell - Warsaw Concerto (Piano Concerto, D. Angatsehewa - Ars production 2015)
  3. CD - Rimsky-Korsakov - Scheherazade (Antal Dorati 1958 - Mercury Living Presence 2015)
  4. LP - Mahler - Des Knaben Wunderhorn (J. Norman - J. Shirley-Quirk - B. Haitink - Philips 1976)
  5. LP - Stevie Ray Vaughan - Tin Pan Alley (Couldn't Stand The Weather - Epic 1984)
  6. LP - ACDC - For Those About To Rock (We Salute You - Atlantic 1981)
 

Le Système d'écoute :

Amplificateur : Fonel Emotion A, Leema Tucana II et yamaha A-S3000
Sources : Fonel CD Simplicité - Soulines Dostoyevsky DCX - Ortofon Quintet Blue MC - Fonel Symphony
Enceintes : Fonel Eureka
Câbles de modulation : Studio Connections Platinum XLR et RCA
Câbles HP : Studio Connections Platinum
Cable secteur : Studio Connections Power Carbon SE (ampli, sources et enceintes)
 

Les Notes :

Fabrication : 16/20
Image : 17/20
Timbres : 17/20
Dynamique : 17/20
Transparence : 17/20 
Qualité/Prix : 18/20

Les propos et les avis énoncés dans ce test n'engagent que l'auteur de ce test et en rien la société Opus 51
Évaluer cet élément
(17 Votes)

Test paru dans le magazine Haute Fidélité n°207 (en kiosque dès aujourd'hui) et rédigé par Monsieur Philippe David.

"Lorsque nous laissons filer les plages musicales au lieu de revenir aux morceaux choisis pour évaluer tel ou tel aspect de l'écoute, c'est la preuve que nous sommes en présence d'un grand amplificateur.

Cet amplificateur mérite que l'on s'y intéresse pour ses nombreuses qualités, à commencer par sa haute musicalité. Une belle réussite."

Lien boutique : Fonel Emotion Classe AB MKII

dimanche, 21 décembre 2014 17:56

Fonel Appassionata : lu dans la presse

Évaluer cet élément
(9 Votes)

Le magazine "Haute Fidélité" pour son numéro 205 a commis un Hors Série Spécial Vinyle dans lequel vous pourrez lire le test du préampli-phono, que nous apprécions tant, le Fonel Appassionata. 

"Cette première approche avec la marque Fonel s'est avérée de bon augure. L'Appassionata a défendu haut et fort les couleurs du tube... Autour d'un schéma exclusif, le constructeur a conçu une électronique extrêmement musicale dotée d'un pouvoir d'analyse et d'un niveau de définition particulièrement élevés... il mérite une écoute dans les meilleures conditions pour en apprécier le potentiel."


lien boutique : Fonel Appassionata

dimanche, 10 août 2014 10:48

Fonel Emotion Classe AB : le test

Évaluer cet élément
(30 Votes)
Fonel, concepteur et fabricant allemand de matériel audio Haut de Gamme, propose ce magnifique amplificateur stéréo intégré qu'est l'Emotion Class AB mkII (nouveauté mars 2014). Ne cachons pas notre plaisir plus longtemps, il est l'amplificateur intégré utilisant le technologie Classe AB le plus performant et le plus musical que nous ayons eu entre les mains. Voilà c'est écrit, maintenant le reste n'est plus que littérature. Sourire



Spécifications techniques :

  • Bande passante : 5-100000 Hz
  • Conception : "double mono" - Transistors : 2 x 1 paire de MOSFET
  • Puissance : jusqu'à 300W par canal
  • THD : pas plus de 0.005% et à une puissance de 1 w., pas plus de 0.001%
  • Consommation à pleine puissance : 750 W
  • Entrées : 3 x RCA et 1 x XLR
  • Sorties : 2 x paire enceintes et 1 prise casque 6.5 mm
  • Dimensions : 430x132x432 mm
  • Poids : 34 kg


Musiques écoutées :

  1. LP - The Dave Brubeck Quartet - Three to get Ready (Time out - Columbia 1959)
  2. LP - The Dave Brubeck Quartet - Take Five (Time out - Columbia 1959)
  3. CD - John DeFrancesco - House Of the Rising Sun (Jazz goes Pop - HighNote 2008)
  4. HD - Conspirare - Motherless Child (Sing Freedom African American Spirituals - HM 2012)
  5. CD - Gov't Mule - Captured (Shout! - Provogue Records 2013)
Par quel disque commencer ce test ? Là dans un coin, une réédition 180 g du Time Out du Dave Brubeck Quartet, écoutons donc le fameux Take Five, la dernière plage de la première face. Mais en ai-je réellement envie ? J'ai du écouter ce morceau au moins une centaine de fois depuis le premier janvier de cette année. A toutes les démos j'ai le droit à ces cymbales que je ne supporte plus. Qui connaît ce titre comprendra... Donc retournons le vinyle et hop le premier titre plus connu en France, grâce à Claude Nougaro, sous le nom "Le Jazz et la java". Dès les premiers accords la magie opère. Je ferme les yeux, quitte l'auditorium et me retrouve 55 ans en arrière, dans un studio New-Yorkais en compagnie des musiciens. Magnifique expérience. Mais pour être honnète, et afin que vous connaissiez toute l'histoire, l'écoute de l'album s'est terminé par... "Take Five"... et là je fus étonné par cette fameuse timbale, moins obsédante que lors de mes précédentes écoutes sur CD ou SACD et surtout par le solo de batterie retranscrit avec une rare vérité.  


à suivre...
 


Le Système d'écoute :

Amplificateur : Fonel Emotion Class AB mkII
Sources Acoustic Signature Triple X + Van den Hul MC10 Special + Fonel Symphony, Marantz NA11s1
Enceintes : AudioSolutions Rhapsody 200
Câbles de modulation : Studio Connections Reference+ RCA ou XLR
Câbles HP : Studio Connection Platinum
Cable secteur : Studio Connections Power Carbon (ampli et sources)
 

Les Notes :

Fabrication : 16/20
Image : 17/20
Timbres : 16/20
Dynamique : 17/20
Transparence : 17/20 
Qualité/Prix : 19/20

mardi, 20 mai 2014 08:01

Fonel Appassionata : le test

Évaluer cet élément
(20 Votes)

Le préamplificateur-phono Fonel MM et MC se présente dans un superbe châssis anti-résonnant lourd et stable. Il est équipé de lampes et de transformateurs spécialement étudiés pour transmettre l'émotion musicale...


Musiques écoutées :

  1. Stravinsky - Le sacre du printemps Cleveland Maazel Telarc
  2. Brahms - Un requiem allemand Vienne Giulini DG
  3. Tchaikovky - Symphonie 6 Leningrad Mrawinsky DG
  4. Berlioz - Symphonie fantastique Boston Munch Living Stereo
  5. Mendelssohn - Octuor op.20 St Martin in the field Philips
  6. Prokofiev - Alexandre Newsky Londres Abbado DG
  7. Borodine - Quatuor n°2 quatuor Borodine Decca
  8. Moussorgsky - Tableaux d’une exposition Chicago Reiner Living Stereo
  9. Bill Evans - at the Montreux jazz festival Verve
  10. Keith Jarret - the Koln concert ECM
  11. Codona - 1 et 3 ECM
  12. Kari Bremnes - “Reise” enregistrement public
  13. Pink Floyd - The final cut Pathe Marconi
  14. Et plein d’autres, pour le plaisir, pendant 15 jours d’écoute purement vinyle, ce qui ne m’était pas arrivé depuis de nombreuses années …


Evidemment, il y a maintenant de nombreuses années (plus de 45 ans…) que j’écoute du vinyle. De plus, je n’ai jamais arrêté, le CD venant en complément à partir de 1991.
Au fil du temps et des platines, j’en suis arrivé à une Le Tallec Stad S avec un bras Unitrac 1 et un SME 3012. Le SME me permet de tester et de changer relativement rapidement de cellules. Ensuite, celle considérée comme la meilleure du moment est installée sur l’Unitrac 1.

Au fil des années et des écoutes (et des moyens grandissants) je me suis « spécialisé » sur les bobines mobiles (MC).
Actuellement sont encore fonctionnelles deux Mayware, une MC4 et une MC7V, une DL103, une Supex 900 et une Benz ACE, soit deux cellules demandant une charge d’environ 40 ohms (DL103, ACE) et trois autres une charge d’environ dix ohms.

Jusqu’à maintenant l’écoute de différent pré-pré MM ou MC m’avait amené à toujours préférer l’adaptation d’impédance des MC par un transfo : meilleure dynamique, meilleur rapport S/B, surtout pour les dix ohms dont l’adaptation purement électronique est toujours un problème.
Actuellement j’ai donc plusieurs transfo, deux pré-pré MM fixe en impédance (un à JFET, un à ampli op) et un pré-pré à tubes à impédance variable (10 ohms à 47 k, 10 valeurs), donc universel (MM, MC) qui me permet, en plus, de « dégrossir » l’impédance de charge optimale des cellules essayées.
Jusqu’à présent les différents pré-pré que j’avais pu essayer apportaient leurs propres « couleurs » sonores, images et dynamique plus ou moins prononcées et si certains m’ont plu, aucun ne m’a amené à l’achat.
Mon premier contact avec l’Appassionata a tout de suite confirmé tout le bien que je pense des produits Fonel et cette première impression m’a poussé à ramener l’appareil chez moi.
L’Appassionata qui m’a été confié est un modèle muni d’un interrupteur MM/MC, mais il existe en version soit MM "Sonata", soit MC "Symphony".
En MC l’entrée est équipée de transfos et c’est un pré-pré à tubes. N’ayant pas voulu l’ouvrir je ne saurais dire si ces transfos sont « made in Fonel » ou sous-traités. L’Appassionata « MC » est optimisé pour la Benz Wood, donc 40 ohms. La partie électronique comprend cinq tubes. Comme toujours la finition est exceptionnelle. La première prise en main est sidérante par son poids conséquent (largement aussi lourd qu’un intégré de deux fois cent watt). On n’a pas dû lésiner sur les alimentations HT et BT.

L’écoute proprement dite a été effectuée sur plusieurs jours et avec la Benz ACE, après vérification qu’en MC, l’optimisation d’impédance était bel et bien à 40 ohms (la Supex était sur amortie et son côté vivant étouffé).
Ce qui frappe d’emblée, c’est la profondeur, la qualité de l’image stéréophonique, la richesse des détails (surtout des micro-détails) et l’incroyable définition qui va avec. On se retrouve au plus près de la musique grâce à une beauté des timbres sidérante.

Puis au fil des disques écoutés, on découvre un grave exceptionnel de tenu, de profondeur et de différenciation des hauteurs tonales (timbales et percussions du Sacre). Malgré ses tranfos d’entrée, aucune limitation de bande passante dans le grave, visiblement Fonel a fait l’impasse sur les risques de « rumble » et c’est tant mieux !
On remarque aussi un aigu chatoyant et très diversifié qui permet de reconnaître les différents timbres des cymbales (jazz).
La dynamique est « Kolossal » mais naturelle, la montée en puissance des orchestres symphoniques est sidérante. On retrouve ici la « vie » donnée par des tubes bien utilisés.
Mais ce qui est également stupéfiant c’est de découvrir des micro-détails passés inaperçu jusqu’à maintenant sur des disques hyper connus. C’est incroyable la richesse des vinyles dont une partie passe à la trappe avec d’autre pré-pré pourtant, soi-disant, sophistiqué et porté aux nues par les revues …
Nous sommes en 2014 et le vinyle n’a pas encore fini de nous étonner.
Vous aurez compris que, pour moi, cet Appassionata est incontournable pour tout amateur de lecture vinyle et que je connais maintenant mon prochain achat …

Remarque : J’ai effectué également des écoutes en position MM avec un transfo externe et la Supex 900 et j’ai retrouvé les mêmes impressions