dimanche, 10 janvier 2016 21:26

Cabasse Iroise 3 : le test

Évaluer cet élément
(19 Votes)

Les grandes enceintes colonnes Iroise 3 sont le haut de gamme de la série Altura MC du fabricant breton Cabasse.


En toute honnéteté je n'imaginais pas vous proposer le test de ces enceintes Cabasse mais, en les associant hier, par hasard, à des électroniques Haut de Gamme (blocs de puissance monophoniques) dans le grand auditorium du magasin Opus 51, je fus surpris du résultat et voulais partager avec vous mon ressenti. 

Avec 150 Watts de puissance admissible (1000 Watts en crête), et des haut-parleurs de haute qualité, la Cabasse Iroise 3 fait dans le Haut de Gamme.

lien boutique : CABASSE IROISE 3 

 

FABRICATION :

Les Cabasse Iroise 3 se présentent comme de grandes colonnes, environ d'une hauteur de 1,20 m., aux belles finitions laquées. Ce sont des enceintes 3 voies composées du transducteur aigu-médium BC13 coaxial à la pointe de la technologie de de deux haut-parleurs de grave de 21 cm composés d'une membrane en Duocell permettant, notamment grâce à son profil exponentiel, d'utiliser au mieux les qualités dynamiques des moteurs à grande course. Nous remarquons que la face avant de l'enceinte ne montre aucun trou de fixation : le cadre qui dissimule les haut-parleurs s'accroche magnétiquement au corps de l'Iroise 3 ! 

Caractéristiques principales 
 
  • Type : 3 voies
  • Conception Bass-reflex
  • Bande passante : 50 Hz - 24 kHz
  • Impédance nominale : 8 ohms
  • Impédance minimale : 3,3 ohms
  • Fréquences de coupure : 750 et 3700 Hz
  • Rendement : 93 dB
  • Haut-parleurs
    • aigu-médium : BC13 (type coaxial)
    • grave : 2 x 21MD20LB (21 cm)
  • Dimensions (L x H x P) : 320 x 1160 x 420 mm - Poids : 35 kg

Les écoutes ont toutes été réalisées dans une pièce d'environ 50 m² et d'une hauteur de plafond d'environ 3,30 mètres. 

 

Musiques écoutées :

 

  1. HD - G. Mahler - Symph. 10 Purgatorio  (Y. Nézet-Séguin - Orchestre Métropolitain - ATMA 2015) Qobuz
  2. HD - Raphaël - Solitude des latitudes (Raphal Revisite Manset - WM FR Affiliated 2015) Qobuz
  3. HD - Armstrong & Ellington - The Mooche (The Great Reunion - Ble Notel 1961) Qobuz 
  4. HD - Thomas Newman - Snow Plane (Spectre - Decca 2015) Qobuz
  5. HD - J. S. Bach - Prelude BWV 846 (Clavier Bien tempéré Livre 1 - C. Frisch - Alpha 2015) Qobuz
  6. HD - J. S. Bach - Toccata BWV 565 (Suzuki plays Bach Organ Works -Bis 2015)

 

 IMAGE :

Les symphonies de Gustav Mahler constituent un ensemble sans précédent dans l’histoire de la musique, tant par leurs dimensions colossales que par l’originalité de leur propos. À travers elles, Mahler disait vouloir « exprimer tout le contenu de ma vie » et « créer un univers avec tous les moyens à ma disposition ».
Lorsque Mahler est mort, seul le premier mouvement de la Symphonie n° 10 était complété et orchestré dans sa totalité. Cela dit, les esquisses des autres mouvements étaient très avancées : elles en présentent un déroulement complet à l’exception de deux pages manquantes sur 166. Les deuxième et troisième mouvements y sont partiellement orchestrés. Mais telle qu’elle se présente, la Symphonie no 10 n’en demeure pas moins un chef-d’oeuvre testamentaire d’une valeur inestimable.

La prise de son du label canadien ATMA (ingénieurs du son : Carlos Prieto, François Goupil) met particulièrement en valeur ce qui est ici la principale qualité des enceintes Cabasse Iroise 3 ; leur capacité à restituer une image sonore holographique. Elles disparaissent, et ce terme n'est pas galvaudé, réellement de notre salon d'écoute et laisse la place à un grand orchestre symphonique installé dans la grande salle canadienne de la Maison symphonique à Montréal.

Que ce soit en largeur, profondeur ou hauteur l'auditeur restera "bluffé" par le savoir-construire de ces enceintes en ce qui concerne l'image sonore à reproduire.

 

 TIMBRES :

"La nuit semble douce et magique,
Ça ressemble aux Amériques,"

Francopholies de la Rochelle, juillet 2015, les microphones de Radio France sont présents pour capter un moment magique. Le chanteur Raphaël "revisite" quelques titres de Manset, c'est une rare réussite.  Accompagné d’un quatuor à cordes et d’une formation rock emmenée par l’excellent guitariste Yann Péchin, il sait trouver la bonne distance et le ton juste. 
Les Cabasse Iroise 3 nous permettent de participer à la fête en nous plongeant dans la salle du spectacle et en nous offrant, sur la chanson Solitude des Latitudes, la beauté du quatuor à cordes et du travail assez exceptionnel de l'artiste principal, quelles modulations sur la voix.
En approfondissant, un tout petit peu nos écoutes afin de bien percevoir ces belles Cabasse, à l'écoute du trompettiste Louis Armstrong accompagné de Duke Ellington, quelques harmoniques artificielles, très légères et certainement dûes aux matériaux employés à la fabrication des haut-parleurs, viennent tempérer notre beau plaisir d'écoute.
Autre petit bémol, il nous semble que le haut du spectre sonore aurait mérité un peu plus d'attention, à l'écoute du célèbre Prélude de J.S. Bach interprété par Céline Frisch, le clavecin, instrument riche en harmoniques (couleurs) nous paraît un peu bridé, rien de rédhibitoire mais tout de même...

 

DYNAMIQUE :

Du haut de ses 93 db de rendement, les écarts de dynamique produits par la musique n'effraient pas les Cabasse Iroise 3. Avec des enceintes acoustiques d'un tel rendement, la dynamique "pure" n'est jamais une difficulté, ce qui peut poser problème, c'est la micro-dynamique ; le rendu des plus infimes variations internes à la musique. 

Les Bandes Sons des films à grands spectacles sont souvent des enregistrements à grand écart dynamique. A l'écoute de la BOF du dernier 007, Spectre nous constatons que les Iroise 3 s'en donnent à coeur joie. Aucun tassement, du plus infime son aux masses sonores les plus impressionnantes, toute la musique est rendue dans ses véritables dimensions. Nous ne ressentons aucune crispation et la moindre nuance de l'orchestre est fidélement retranscrite.

Les graves sont propres, rapides et tendus même si ils manquent de profondeur, une quinte supplémentaire dans le bas du spectre sonore aurait été appréciées. Cela se ressent particulièrement à l'écoute de la très célèbre Toccata de J.S. Bach interprétée par Masaaki Suzuki sur les Orgues de Groningen (Pays-Bas XVIIéme siècle), les jeux du pédalier, certainement un 32 pieds (?), n'affirment pas leurs fondamentales, pour être simple la note jouée n'est pas reproduite par les enceintes, seules ses harmoniques sont présentes. 

  

RAPPORT QUALITE/PRIX :

Les enceintes Cabasse Iroise 3, associées à des électroniques neutres, dynamiques et puissantes, permettent d'écouter toutes les sortes de musique dans de bonne condition, sans lassitude et avec plaisir. Pour s'exprimer pleinement elles réclament des pièces aux dimensions généreuses, plus de 30 m².

Les quelques petits points négatifs constatés, ici ou là, sont aisément tolérables au vu du tarif proposé.

 

Les "Pros and Cons" : 

+ la belle qualité de fabrication pour des enceintes à ce prix,
+ l'image sonore qui nous plonge dans la musique,
+ le côté "live" et dynamique de la musique,
-  manque de finesse dans le haut du spectre.
-  un peu courte dans les graves.
-  la taille (?)
 
     
Le Système d'écoute :
 

Préamplificateur : Leema Libra
Amplificateurs : Blocs de Puissance Lemma Hydra II
Sources : Melco NA1 + Leema Libra
Enceintes : Cabasse Iroise 3
Câbles de modulation : Studio Connections Reference Plus
Câbles HP : Studio Connections Platinum
Cable secteur : Studio Connections Power Carbon SE
Conditionneur secteur : Isotek


Les Notes  :
 
Fabrication : 16/20
Image : 17/20
Timbres : 14/20
Dynamique : 15/20
Transparence : 13/20 
Qualité/Prix : 15/20
 

 

Les propos et les avis énoncés dans ce test n'engagent que l'auteur de ce test et en rien la société Opus 51

lundi, 22 juin 2015 09:22

Cabasse Stream AMP 100 : le test

Évaluer cet élément
(18 Votes)
L'amplificateur Cabasse Stream AMP 100 propose les technologies sans-fil Wi-Fi Direct et Bluetooth avec puce NFC,  nous avons aussi la possibilité de le câbler en Ethernet afin de profiter d'un réseau domestique (NAS, ordinateur partagé, Box avec disque dur...). Il permet de profiter des radios web, merci Allegro Musics pour les nombreuses heures d'écoute, ou encore de Deezer et Spotify. Ce très complet amplificateur connecté dispose également d'un serveur DLNA 1.5 autorisant la mise en réseau automatique de tous les fichiers audio contenus sur une clé USB ou un disque dur externe.
Il est équipé de 4 sorties haut-parleurs permettant le réglage de l'impédance, 4 ou 8 ohms en sortie, et le paramétrage en utilisation stéréo avec une ou deux paires d'enceintes, ou bien en mono avec deux ou quatre groupes d'enceintes.
L'application android ou Apple iOs Cabasse StreamCONTROL permet de contrôler complètement ce bel outil Hi-Fi et, est facile à utiliser ne réclamant pas de nombreuses heures d'apprentissage. Elle propose, à ce jour, 6 profils d'adaptation (suivant les enceintes Cabasse que vous possédez) ou un profil "flat" celui utilisé pour ce test. Ici Cabasse à réinventé le système SAM de Devialet Complice

FABRICATION :

Le Cabasse Stream AMP 100 bénéficie d’un design ultra-compact, il se présente comme un cube de 21 cm par 19 cm sur une hauteur de 9 cm, et arbore une façade translucide laissant apparaître les indications de l’afficheur. Habillé d’une robe noire laquée élégamment soulignée par un liseré d’aluminium, le Cabasse Stream AMP 100 se veut à la fois élégant et discret. Les objectifs des designers ont été atteints, l'amplificateur Cabasse est un bel objet qui prendra place auprès d'une TV Flat avec harmonie.
Au dos de l'appareil nous comptons deux entrées analogiques sur fiches RCA, une entrée numérique optique, une entrée RJ45 (réseau), une sortie préampli, une sortie subwoofer et en façade une entrée USB, que demander de plus ? Ce petit amplificateur est très complet et répondra à tous vos besoins.  
Seul défaut constaté à propos de toutes ces connectiques, les connecteurs pour enceintes n'acceptent que les toutes petits bananes ou alors du câble nu au diamètre pas trop important (2.5 mm au maximum).



Caractéristiques principales 

- Amplification : 2 x 50 W RMS/4-8 Ω ou 4 x 25 W RMS/4-8 Ω
- Formats audio (WiFi/RJ45) : WMA (WMA9, CBR, CBR, jusqu’ à 320kbps) PCM (16 bits-44.1kHz, 24 bits-44/48/96 kHz, fichiers .wav, .aiff, .aifc , HTTP streams) AAC-LC (up to 320 kpbs), ALAC (.m4a)FLAC (16 bits-44.1 kHz, 24 bits – 44/48/96 kHz)
- Réseau 10/100Mb Ethernet
- Wireless LAN 802.11b/g/n
- NFC
- WPS 2.0 security Digital media renderer (conforme à la norme DLNA 1.5)
- 2 x entrées RCA, 1 x micro, 1 x sortie Pre-out, 1 x sortie sub, 1 x USB
- Dimensions (h x l x p) : 91 x 218 x 190 mm
- Poids : 1,9 kg


Qu'attendons nous d'un tel produit ?
 
Une reproduction sonore propre sans défaut majeur permettant de prendre du plaisir à l'écoute de toute sorte d'enregistrements quelque soit la source sonore. 
Nous ne lui demandons pas d'égaler ou même d'approcher une qualité de restitution digne d'un bon amplificateur Haute Fidélité à 5.000 euros, restons logique !
Si ce produit arrive à se faire oublier alors Cabasse aura réussi et nous mélomanes seront satisfaits !

Musiques écoutées :

  1. CD - D. Colin et Ornette - La rua Madureira (Univers Nino / Cristal records 2014)
  2. CD - G. Mahler - Revelge  (Des Knaben Wunderhorn (Henschel-Herreweghe - Harmonia Mundi 2006)
  3. HD - Metallica - My Friend Of Misery (Metallica - Vertigo 1991)
  4. CD - Yello - The Expert (Touch - Yello 2009)
  5. HD - Daft Punk - Give Life Back to Music (Random Access Memories - Columbia 2013)
  6. CD - Rimsky-Korsakov - Scheherazade (Antal Dorati 1958 - Mercury Living Presence 2015)


IMAGE :

L'audition du titre "The Expert" nous plonge dans l'univers "geek" du groupe Suisse Yello. Les enceintes disparaissent de notre petit salon, environ 22 m², les informations sonores, la musique (?) possèdent l'espace. Tout comme lors de l'écoute d'un système Hi-Fi haut de gamme nous prenons un vrai plaisir à profiter du savoir-faire des ingénieurs et du producteur qui ont participé à l'élaboration de cet album.

L'écoute du lied de G. Mahler, "Revelge" vient confirmer ce que nous supputions, l'image sonore se construit, ici, plus en largeur qu'en profondeur. La musique s'étend devant l'auditeur de gauche à droite mais sur un seul plan sonore, le baryton ne ressort pas de l'orchestre, comme nous en avions l'habitude lors de nos précédentes écoutes, il est un peu moins présent, un peu moins réel. Mais rien de bien gênant pour profiter pleinement de cette superbe oeuvre.

TIMBRES :

Il est bien difficile de juger les "timbres" à l'écoute d'un tel produit, comment ne pas paraître trop négatif ? Quel référentiel prendre ? Un système très Haut de Gamme, transparent, précis, dynamique et juste, ou se contenter de le comparer à une vérité plausible ? N'oublions pas que ce produit Tout-en-Un ne coûte que 550 euros... 

L'écoute de la magnifique interprétation de l'émouvante chanson de Nino Ferrer "La rua Madureira" par Ornette et Denis Colin arrive presque à fournir l'émotion habituelle. Si la voix de la chanteuse française Ornette reste assez fidèle à ce que nous connaissons, la clarinette basse de Denis Colin manque de coffre, de profondeur et d'ampleur. Mais, au bout de quelques secondes, nous replongeons dans l"Univers de Nino"...

Aucun doute possible, Antal Dorati dirige bien un grand orchestre symphonique dans l'oeuvre de Rimsky-Korsakov, "Shéhérazade". Les instruments sonnent plutôt vrais et pas "synthétiseur Bontempi" comme il nous arrive de temps à autre d'entendre même sur des appareils beaucoup, mais alors beaucoup plus onéreux. Seuls petits bémols, tous les timbres des instruments semblent délicatement simplifiés, les trompettes perdent un peu de leurs éclats mats, le violon n'est plus que cordes frottées, la harpe manquent d'ampleur et les contrebasses de l'orchestre oublient leur assise, fondement de tout orchestre.

DYNAMIQUE :

La puissance de cet amplificateur, pour être correcte, n'est pas fantastique mais est suffisante pour une utilisation domestique. Avec nos enceintes (Xavian Delizia) au rendement de 92 dB, dans une pièce d'un volume de 80 m3, à une distance de 3 mètres, nous avons obtenu un volume sonore maximum de 86 dB avant distorsions audibles et gênantes. Ce type d'amplificateur, à base de modules dits "numériques" sonnent généralement un peu "mous du genou" (NAD 3020 par exemple), le Cabasse est tout le contraire, il vit !

Le riff de basse de départ qui servit à la composition du titre "My Friend Of Misery" ne fait aucunement peur à notre amplificateur Cabasse qui s'amuse à reproduire le gros son Heavy du groupe Metallica tout en respectant sa rythmique "carrée" et sa puissance sonore.

De même la dynamique, le rythme, le coté "dance" sont biens mis en valeur lors de l'écoute du titre "Give Life Back to Music" du groupe français Daft Punk. Ici tous les petits défauts de l'amplificateur disparaissent pour que l'auditeur puisse profiter de cette superbe production électronique.

La dynamique semble être, en finalité le point fort de cette petites électroniques, toutes les écoutes effectuées furent très vivantes.

RAPPORT QUALITE/PRIX :

Comment reprocher quelque chose à un tel appareil ? Pour 550 euros le mélomane, au sein d'un bel écrin assez luxueux mais pas "tape à l'oeil", possédera un amplificateur/réseau compatible avec tous les formats audio existants (jusqu'à 96 kHz), capable de s'adapter à son local, à ses enceintes si elles sont de marque Cabasse, et surtout délivrant une musicalité certaine sans défaut majeur.

Certains m'ont reproché de comparer l'amplificateur Cabasse au Devialet Expert 200, mais ces produits ne possèdent'ils pas la même philosophie ? Après avoir vécu avec ces deux amplificateurs durant quelques semaines, le savoir-faire Cabasse est évident alors que le savoir-faire Devialet n'est encore qu'un potentiel. Certes le Devialet, musicalement, va un peu plus loin dans tous les domaines et heureusement il ne coûte que 12,7 fois le prix du Cabasse. Personnellement, si je n'ai comme choix, pour partir en vacance qu'entre ces deux amplificateurs, je choisis le... Cabasse, plus facile à vivre et à utiliser !


Les "Pros and Cons"  : 


     + l'objet, sa qualité de fabrication,
     + les fonctionnalités et l'application aisée à utiliser,
     + sa joie musicales communicative,
     - les connecteurs enceintes,
     - sinon pour le prix rien,   
     
 

Le Système d'écoute :

Amplificateur : Cabasse Stream Amp 100,
Câbles HP : Black Rhodium Iris
Cable secteur : Studio Connections Power Carbon SE
 

Les Notes  :
 
Fabrication : 15/20
Image : 10/20
Timbres : 09/20
Dynamique : 13/20
Transparence : 10/20 
Qualité/Prix : 16/20
 

 

Les propos et les avis énoncés dans ce test n'engagent que l'auteur de ce test et en rien la société Opus 51
lundi, 26 mars 2012 14:08

Cabasse Minorca : le test

Évaluer cet élément
(29 Votes)


Chose promise... Chose dûe... Voici le test des enceintes bibliothèques trois voies Cabasse Minorca. Ces enceintes sont commercialisées à moins de 800 euros la paire, elles sont équipées de trois haut parleurs par enceinte : le très fameux coaxial BC10 deux voies (medium et aigus) et un boomer de 15 cm. Pour fêter ce test, durant tout le mois d'Avril, ces enceintes vous sont proposées à la vente avec une remise de 15% (achat Internet via notre site ICI).

Ces bibliothèques sont assez imposantes (L130xH400xP280 mm) et apprécient les pieds rigides et stables. Le produit inspire confiance, elles sont relativement lourdes (env. 9 kg pièce) et malgré une finition vinyle, la fabrication est de qualité. Les Minorca sont  aisées à mettre en oeuvre et ne réclament pas d'électroniques puissantes pour s'exprimer pleinement.

Count Basie : CB Express

  • Image : Le Big Band de Count Basie se déploie de gauche à droite de la salle d'écoute, il n'existe pas de trou central. Le seul petit bémol est que le scéne est plus large que profonde.
  • Timbres : La couleur de l'orchestre de Basie est un peu rugueuse, elles manque de chaleur, de rouge et de vert... La contre basse existe mais manque de précision, c'est une remarque qui pourra être généralisée, ici nous sommes bien en face d'enceintes bibliothèques et dès que notre attention se portera sur le grave, nous serons un peu déçus par sa simplification. Dans ce registre l'enceinte joue toujours la même note Complice
  • Dynamique : Aucun tassement n'est ressenti sur les envolées de l'orchestre. L'enceinte ne se crispe pas, les sons ne se durcissent pas et la musique reste toujours agréable à l'oreille.
  • Transparence : La restitution sonore semble naturelle, de multiples informations fourmillent et enrichissent l'écoute.

Dire Straits : Money for Nothing

  • Image : L'image est stable, tous les instruments sont positionnés avec précision. Rien ne bouge, même si la profondeur est courte, la stabilité, rare sur des enceintes dans cette gamme de prix est alors précieuse.
  • Timbres : Les voix de Knopfler et de Sting sont bien distinstes et nous sont rendues avec vérité. Le son de la guitare de Knopfler est fidèle et les impacts de la batterie, la caisse claire en particulier, sonnent avec franchise et netteté.
  • Dynamique : Belle dynamique, le crescendo introductif est respecté et n'est pas tassé. Bel exploit !
  • Transparence : Même à fort niveau sonore, la musique reste audible et le plaisir est là, certes la ligne de basse est un peu retrait, mais nous oublions rapidement que nous écoutons des bibliothèques.

Michel Jonasz : Le Millénaire

  • Image : Le chanteur est bien en place dans l'aire d'écoute. Sa localisation dans l'espace est stable entre les deux enceintes.
  • Timbres : Les sons électroniques (claviers) sont bien rendus, avec précision, vivacité. Les voix, celles de M. Jonasz et des choeurs, sont belles, bien timbrées, réalistes.
  • Dynamique : Ecoute vivante et agréable. La dynamique originelles semble respectée.
  • Transparence : Comme auditeur, nous écoutons, découvrons, sur cette plage, une profusion de sons bien différenciés, l'écoute est intéressante même si le bas du spectre est un peu écourté et que le haut est un peu simplifié.

Antonio Vivaldi : Les 4 saisons - Estate

  • Image : De suite nous sommes surpris par la platitude de l'image. Le rendu manque de relief. Les plans sonores sont mal définis.
  • Timbres : Les timbres des instruments à cordes sont très simplifiés. l'écoute manque de finesse, de charme, de réalisme. Nous avons vraiment du mal à croire à la véracité des instruments acoustiques (ici des violons baroques) que nous écoutons.
  • Dynamique : Ici, la dynamque est inexistante, tout se situe sur le même plan, un peu comme "L'Image".
  • Transparence : Nous avons l'impression que nous avons cachés les enceintes sous d'épais voiles...

 

CONCLUSIONS

A vous passionnés de musiques acoustiques, nous vous conseillons de passer votre chemin. Sinon, si vous appréciez le Rock, la Pop et la Variété, pour un investissement assez modeste, les Cabasse Minorca, dans un volume de salle de moins de 25 m², proposent une écoute dynamique et vivante sans agressivité.

 

Le Système d'écoute :

Amplificateur : Marantz PM11s2
Sources : Audia Flight CD Three, Marantz NA 7004
Câbles de modulation : Studio Connections Reference+
Câbles HP  : Tellurium Q Black
Cable secteur : Studio Connections Power Carbon (ampli et source)

Les Notes :

Fabrication : 12/20
Timbres : 12/20
Dynamique : 11/20
Image : 13/20
Transparence : 11/20
Qualité/Prix : 13/20