lundi, 01 juin 2015 10:16

Yamaha CD-S2100 : le test

Évaluer cet élément
(39 Votes)
Yamaha CD-S2100
Reprenons ce que nous écrivions en novembre 2014 lorsque nous recevions cette toute nouvelle création du Géant japonais Yamaha : "Le lecteur/DAC CD et SACD Yamaha CD-S2100 est doté d'un véritable port USB asynchrone et d'un Dac Sabre ES 32 bits, il dispose de trois entrées numériques dont deux S/PDIF (optique et coaxiale) et une USB asynchrone qui permet d'entrer directement des flux audio haute définition. L'interface USB utilise son propre circuit intégré, un circuit développé spécialement pour Yamaha. Il supporte le protocole Asio 2.3.
Cette platine, de construction Haut de Gamme, offre deux sorties analogiques, la première au format asymétrique par RCA et la seconde en symétrique par deux XLR. On note également deux sorties numériques : une coaxiale et une optique. Pour finir, ajoutons qu'un travail spécifique a été effectué sur le châssis qui comme son aîné dispose de joues soit en bois laqué noir ou naturel.

Dès l'ouverture du carton d'emballage, le poids de ce lecteur impressionne, sa qualité de fabrication est exceptionnelle, l'écoute sera t'elle à la hauteur ?


FABRICATION :




Le Yamaha CD-S2100 bénéficie d'une finition exemplaire, avec ses flancs laqués piano noirs d'une grande élégance. La façade massive en aluminium brossé est dotée de boutons de commande usinés avec une très haute précision. Son lourd châssis, lui aussi en aluminium, combiné à des pieds amortissants contribue à absorber toutes les vibrations gênantes.
L'intérieur du Yamaha CD-S2100 n'a rien à envier à son extérieur. La mécanique de lecture est équipée d'ancres lourdes, de façon à empêcher toute vibration. Son bloc de lecture est équilibré de manière minutieuse et le tiroir en aluminium est mû par un moteur souple et silencieux.
Cette platine CD et SACD embarque un DAC ESS Sabre ES9016 à deux fois quatre canaux, équipé d'une horloge maîtresse afin de baisser au maximum les effets néfastes de jitter et d'éliminer toute erreur de conversion. Cette technologie profite à la lecture des CD, SACD et aux fichiers audio arrivant via les entrées S/PDIF et USB de l'appareil.  
Le lecteur CD Yamaha CD-S2100 possède un contrôleur USB de qualité professionnelle. Ses pilotes permettent la lecture de tous les fichiers audio connus à ce jour (MP3, FLAC, HDFLAC, DSD) avec tout ordinateur via un logiciel adéquat (JRiver, Foobar2000, Korg AudioGate  sous Windows, Audirvana sous Mac OS par exemple).

Caractéristiques principales :

Lecteur CD avec DAC USB 24/192 et DSD
DAC ESS Sabre 9016S à 2x4 canaux
Contrôleur USB asynchrone avec pilotes ASIO 2.3
Mode Pure Direct
Topologie symétrique
Télécommande en aluminium

Disques lus : SA-CD, CD, CD-R/RW (MP3, WMA)

Flux audio supportés via USB : PCM jusqu'à 24 bits et 192 kHz, DSD64

Niveau de sortie : 2 V (1 kHz, 0 dB)
Rapport signal /bruit : 116 dB
Marge dynamique : 100 dB (CD) et 110 dB (SACD)
DHT : 0,002 % à 1 kHz
Réponse en fréquence : 2 Hz à 50 kHz

Entrées : 1 x USB asynchrone / 1 x S/PDIF optique / 1 x S/PDIF coaxiale
Sorties : 1 x S/PDIF optique / 1 x S/PDIF coaxiale / 1 x analogique stéréo RCA / 1 x analogique stéréo XLR

Dimensions (lxhxp) : 435 x 137 x 438 mm
Poids : 16 kg

 

IMAGE :

Ecoute CD :
La platine Yamaha CD-S2100 construit une image sonore cohérente mais, par rapport à notre lecteur de référence (), légèrement moins large et moins profonde.
A l'audition du Concerto pour la main Gauche de M. Ravel, l'orchestre s'ouvre tout au long de cette longue introduction pour exploser triple forte lors de l'entrée majestueuse du grand piano qui s'installe avec autorité devant l'auditeur dans l'espace laissé libre entre les deux enceintes.
Dans l'introduction de l'album Au pays d'Alice... du trompettiste I. Maalouf le choeur d'enfants de la maîtrise de Radio France est réparti de manière homogène dans le fond de l'auditorium sans effet de masque nuisible à la scène sonore. L'image reste stable malgré l'entrée de l'orchestre.
Si le Yamaha, dans ce domaine, n'est pas exceptionnel, il travaille très bien à la construction d'une scène sonore réaliste et dépasse sur ce point de nombreuses réalisations bien plus onéreuses que nous avons déjà testées.

Ecoute Fichiers Haute Définition : 
L'écoute de fichiers "Haute Définition", formats DSD ou 24/192, ôte le léger voile qui persistait lors de l'audition des CD ou SACD. Nous sommes, ici, en contact direct avec les musiciens. L'image sonore construite est alors encore un peu plus réelle... Une vraie réussite !

Pour information : les musiques écoutées en Haute Définition proviennent des labels Opus3 pour les DSD et 2L pour les 24/192.
 
TIMBRES :


Ecoute CD : 
Toujours par rapport à notre lecteur référence pour ce test, les timbres reproduis par le Yamaha CD-S2100 sont très légèrement simplifiés, lissés et mats. Par rapport à d'autres lecteurs dans cette catégorie, le Rega Saturn-R par exemple, le Yamaha distille des timbres d'instruments qui semblent plus réalistes et mieux définis, moins colorés.
Dans le Shéhérazade de Rimsky-Korsakov, les cuivres brillent de mille feux, les cordes graves sont fermes et rugueuses, seules les percussions les plus graves manquent subtilement de tenues et d'assises, elles sont rendues avec une teinte de mollesse. Il est à noter que la version CD est de plus haute tenue que la version dématérialisée obtenue par un "rippe" du CD....
La voix de Francis Cabrel, lors l'écoute de l'album In Extremis, présente une matité assez inhabituelle. Le lecteur semble gommer, masquer quelques intonations de la voix de l'artiste. Là aussi, les timbres sont subtilement lissés et simplifiés, c'est dommage.  

Ecoute Fichiers Haute Définition : 
Lors de l'audition de fichiers "Haute Définition", formats DSD ou 24/192, la matité et la simplification perçus dans le rendu des différents timbres des instruments et voix tendent à disparaître. Le DAC du Yamaha CD-S2100 semble être beaucoup plus performant sur les fichiers HD que sur la musique en 16/44.1, est-ce un problème de programmation du DSP du lecteur, une volonté des ingénieurs japonais ?

Pour information : les musiques écoutées en Haute Définition proviennent des labels Opus3 pour les DSD et 2L pour les 24/192. 

 
DYNAMIQUE :

Comme la très grande majorité des lecteurs de CD et des DAC, le ressenti dynamique, même si il reste très correct, n'est pas le point le plus fort de cette platine Yamaha. Comme nous l'écrivions précédemment, le message musical est très subtilement lissé et simplifié ce qui influe négativement sur le rendu dynamique.

L'écoute du live de Manu Katché publié chez le label allemand Act est très satisfaisante, la batterie est précise et les jeux des différentes cymbales sont rendus avec différenciations et distinction le tout dans un dynamique acceptable. L'écoute de ce même titre en haute Définition fait apparaître un haut medium plus riche et une bande passante un peu plus étendue dans les deux extrémités du spectre sonore.
Le Yamaha CD-S2100  apprécie le groupe suisse Yello, à l'écoute du titre The Expert, il fait pratiquement jeu égal avec notre CD Fonel Simplicité. C'est tout écrire... Belle image cohérente dans les trois dimensions, attaques des notes rapides et précises. Les musiques électroniques siéent à ravir à notre lecteur japonais.
 

TRANSPARENCE :

Ecoute CD : 
Une fois admis que le rendu sonore du Yamaha, en écoute CD, est mat, certains diront sombre, alors ce lecteur présente une belle transparence. Il laisse place à de nombreuses informations. Toutes ? Non, notre CD de référence va encore un peu plus loin.
Que ce soit la salle où l'Orchestre de Minneapolis a été capté lors des séances d'enregistrement du Shéhérazade, le studio d'enregistrement de F. Cabrel, reconnaissable entre tous, le club de jazz parisien où sévit le Quartet de Manu Katché, toutes les ambiances sonores sont différentes, le Yamaha CD-S2100 réalise très bien son travail dans ce domaine. A n'en pas douter, une référence dans sa gamme de prix !

Ecoute Fichiers Haute Définition : 
Lors de l'audition de fichiers "Haute Définition", formats DSD ou 24/192, la matité disparaît, le voile tombe et l'auditeur se retrouve ailleurs... où le son est meilleur Sourire
Toute blague à part, en lecture de fichiers DSD, la pureté des timbres (le violon de Rachel Podger interprétant des concertos de Vivaldi par exemple) est d'un naturel confondant. Alors on prend un vrai plaisir à écouter la musique, toute sorte de musique.

Pour information : les musiques écoutées en Haute Définition proviennent des labels Opus3 pour les DSD et 2L pour les 24/192.
 
 

RAPPORT QUALITE/PRIX :

Le Yamaha CD-S2100 est parmi les meilleures sources numériques dans la gamme des lecteurs et DAC à 2.500 euros. Nous lui connaissons peu de concurrent. En écoute de musiques dématérialisées "Haute Définition" il fait jeu égal avec des lecteurs CD deux fois plus onéreux.
Si votre système audio possède quelques brillances alors ce lecteur, équipé de bons câbles de modulation, symétriques de préférence, est fait pour vous. Si votre système audio est bien équilibré, à la lecture des CD, le lecteur nippon apportera une certaine matité plutôt agréable sur tous les enregistrements de musiques modernes et pour les écoutes de musiques dématérialisées vous serez sur une autre planète
Allez l'écouter, vous serez surpris et certainement enchantés !

Les "Pros and Cons"  : 

     + qualité de fabrication,
     + fonctionnalités, lecture CD, SACD, toutes les musiques dématérialisées 
     + musicalité,
     + son Rapport Qualité/Prix,
     - une petite matité et simplification du message sonore,
     
Musiques écoutées :

  1. CD - M. Ravel - Concerto pour la main gauche (Fleisher / Ozawa - Sony Music 1990)
  2. CD - I. Maalouf - Au Pays d'Alice... Introduction (Au pays d'Alice... - Mi'ster 2014)
  3. CD - G. Mahler - Revelge  (Des Knaben Wunderhorn (Henschel-Herreweghe - Harmonia Mundi 2006)
  4. CD - F. Cabrel - Le pays d'à côté (In extremis - Sony Music 2015)
  5. CD - Rimsky-Korsakov - Scheherazade (Antal Dorati 1958 - Mercury Living Presence 2015)
  6. CD - Yello - The Expert (Touch - Yello 2009)
  7. CD - Manu Katché - Springtime Dancing (Live in Concert - ACT 1984)
 
Le Système d'écoute :

Amplificateur : Fonel Emotion AB,
Sources : Yamaha CD-S2100Fonel CD Simplicité
Enceintes : Fonel Eureka
Câble USB : Black Rhodium Star USB
Câbles de modulation : Studio Connections Référence RCA
Câbles HP : Studio Connections Platinum
Cable secteur : Studio Connections Power Carbon SE (ampli, sources et enceintes)
 

Les Notes en écoute CD :
 
Fabrication : 17/20
Image : 15/20
Timbres : 13/20
Dynamique : 14/20
Transparence : 14/20 
Qualité/Prix : 16/20
Les Notes en écoute fichiers Haute Définition :
 
Fabrication : 17/20
Image : 16/20
Timbres : 15/20
Dynamique : 14/20
Transparence : 16/20 
Qualité/Prix : 18/20

 

Les propos et les avis énoncés dans ce test n'engagent que l'auteur de ce test et en rien la société Opus 51
Lu 7319 fois

1 Commentaire

  • Lien vers le commentaire Maciej Chizynski jeudi, 31 août 2017 19:08 Posté par Maciej Chizynski

    Est-ce le lecteur Yamaha qui distille les timbres ou bien les autres lecteurs qui les arrondissent parfois ?

    J'avais chez moi le lecteur Sony SCD-XA 5400 ES, et je l'ai comparé au Yamaha pendant presque 2 mois. Je conclus que c'est Sony qui arrondit les timbres et non pas Yamaha qui les distille. Pour Yamaha, les timbres sont parfois, en effet, fades. Pour les rendre plus vifs, il faut régler la bande passante de la boucle PLL de l’horloge du DAC, réglable séparément pour chacune des sources.
    Le préréglage par défaut est “Medium-Low”. On obtient de meilleurs résultats en choisissant “Lowest”, ce qui réduit le “jitter”. Ce point important a échappé aux services commerciaux de Yamaha et donc aux revendeurs. Les Russes, par contre, en parlent dans leur chronique, trouvable sous ce lien : http://www.hi-fi.ru/magazine/audio/po-maksimumu-sacdcd-proigryvatel-yamaha-cd-s2100/

Laissez un commentaire

Vérifiez à bien remplir les champs requis dans le formulaire signalés par (*).


Afin d'éviter le captcha, nous vous conseillons de vous connecter au blog via : http://www.opus51.fr/connexion