lundi, 19 octobre 2015 10:01

Festival Son & Image 2015

Évaluer cet élément
(16 Votes)

Hier, visite rituelle au Festival Son & Image 2015 qui s'installe depuis maintenant 3 ans au Novotel situé au pied de la Tour Eiffel. Durant toute cette vivite nous fûmes accompagnés d'un froid très hivernal et d'un ciel bien triste.

Quelle idée de tenir un salon audio et video destiné, nous semble t'il, à un large public national en plein coeur de la Capitale, inaccessible au péquin moyen que nous sommes, nous les provinciaux, mais existons-nous aux yeux des organisateurs et des exposants ? Une fois que vous avez pu atteindre ce fameux Novotel en suivant moult déviations, vous aurez le déplaisir de constater que seule une douzaine, guère plus, de salons sont dignes, le mot est un peu prétentieux, de recevoir vos oreilles afin d'écouter un peu de musique et là l'organisation devient insupportable. La fréquentation de ce dimanche était très faible, et malgré cela il fallait prendre rendez-vous 1 heure à l'avance pour écouter un système soit B&W, soit Cabasse; soit Focal, etc. Autres gros inconvénient, quelques installations video, aux caissons ravageurs, étaient disséminées parmi les deux étages de l'exposition. Toutes la journée et durant pratiquement toutes les écoutes nous dûmes supporter des infra-basses immondes qui envahissaient toutes les salles de ce salon audio... Mais que faisait alors l'Organisation ? Comment permettre une telle pollution sonore ? 

Les principales nouveautés au niveau son étaient la présentation en écoute des nouvelles B&W 803 et 805, du nouveau système d'encodage audio haute définition, avec compression, Meridian MQA et de leurs enceintes actives DSP8000 et des toutes nouvelles enceintes active Jean-Marie Reynaud Andara dont toute l'électronique semble avoir été développée par la société 3Dlab. Autre nouveauté que nous n'avons pas pu personnellement écouter, les nouvelles enceintes FOCAL Sopra accompagnées du radiateur, oups un lapsus, de l'amplificateur Microméga M-one (un nouveau Devialet ?).

Les déceptions :

  • les enceintes Philharmonia by jean Nouvel, beaucoup d'argent, beaucoup d'effets audio surannés pour des résultats musicaux bien maigres,  
  • les enceintes Jean-Marie Reynaud Andara, un Sacre du Printemps sans charme, sans dynamique et sans couleurs, certainement des prototypes qui, nous l'espérons, sont loin d'être aboutis
  • les nouvelles B&W 805 des bibliothèques qui chantent comment un moyen de gamme, à l'aveugle leur tarif devraient guère dépasser les 2.000 euros la paire mais les électroniques Rotel étaient-elles responsables de ce manque de saveurs ?
  • les musiques écoutées en général, seul JMR proposait un ensemble de courts extraits musicaux permettant de se construire une vraie opinion sur le matériel en écoute. Il faut reconnaître à B&W un bel effort pour ces démonstrations.
    Arrêtons de proposer des musiques plates, sans relief, aux mélomanes des salons Audio !

Les satisfactions :

  • l'écoute du système Kharma + Ayres, quoique supporter durant 8 minutes un mouvement d'une sonate pour piano dans un salon audio n'a aucun interêt si ce n'est de comprendre, mais 90 secondes suffisent, que le système présenté étaient nous semble t'il le seul de ce salon apte à retranscrire l'émotion musicale.
  • la découverte d'un nouveau produit, serveur audio, certainement chinois signé Melco. Sous l'interêt que nous a inspiré cette électronique sans DAC, nous avons passé commande !
  • la nouvelle platine Elipson à la construction un peu "cheap", plateau en métal embouti (?) et bras carbone sans attrait... mais à écouter.
  • les nouvelles B&W 803 qui à nos oreilles promettent de nombreuses qualités mais qui, pour être exploitées, demandent de très belles électroniques, d'une grande capacité en courant. Les blocs de puissance Classé qui les alimentaient lors de ce salon étaient à la peine et avaient du mal à maîtriser les boomers de ces colonnes à 17.000 euros la paire. Tarif justifié ?
  • le video projecteur pro Sony en 4K, un rêve...

Coups de gueule :

  • Le prix d'accès à ce salon ; 20 euros. Pourquoi ? Quel est la justification d'un tarif aussi élevé ?
  • L'accueil sur le stand Cabasse où nous fûmes tels des chiens sauvages traités,
  • L'indifférence général des "Pros" vis à vis des courageux visiteurs. Savent-ils que le marché est maussade et que les fréquentations magasins sont mauvaises ? 
  • La passivité des visiteurs devant les conditions et obligations qui leur étaient imposées. France oblige ?

 

A vos commentaires maintenant...

Pour nos photos cliquez ICI

 

Les propos et les avis énoncés dans ce test n'engagent que l'auteur de ce test et en rien la société Opus 51

vendredi, 16 octobre 2015 10:24

Scheu Analog Cello

Évaluer cet élément
(12 Votes)

Scheu Analog Cello, une nouvelle platine tout en acrylique à voir et à écouter dans nos auditoriums. Equipée d'une bonne cellule MM telle la Zéphyr C200, cette belle platine vinyle au design contemporain et au prix étudié ravira tous les mélomanes.

lien boutique web : Scheu Analog Cello

jeudi, 15 octobre 2015 15:00

Fonel Avalon Classe A

Évaluer cet élément
(17 Votes)

Fonel Avalon Classe A, enfin il est au magasin en écoute, prêt à en découdre avec toutes les musiques étranges et bizarres que nous allons lui faire amplifier.

Ce tout nouvel amplificateur intégré stéréo en Classe A développe pas moins de 65 Watts effectifs par canal, une vraie prouesse des équipes allemandes et ukrainiennes de Fonel. La fabrication, comme il est d'habitude avec les produits de cette marque est exemplaire, du lourd, du beau et du solide ! Après quelques heures d'écoute et un petit rodage d'environ 100 heures, la "patte" Fonel est bien présente : dynamisme, vie, présence, réalisme... Une musicalité à toute épreuve. Si vous ne connaissez pas, vous ne pouvez même pas imaginer de telles qualités dans une électronique Haute Fidélité.

Venez vous forger votre opinion, le Fonel Avalon vous attend !

lien boutique web : FONEL AVALON

 

mercredi, 07 octobre 2015 10:59

Xavian Orfeo : le test

Évaluer cet élément
(26 Votes)

Depuis, mantenant plus de deux ans, nous écoutons et apprécions les enceintes du construteur italo-tchèque Xavian. Sa gamme d'enceintes XN Series, aux superbes finitions, à la musicalité chaleureuse plaît aux mélomanes de tout bord. Notre surprise fut grande lorsque nous écoutâmes pour la première fois les toutes nouvelles Orféo. 

Ces magnifiques enceintes compactes Xavian Orféo sont l'aboutissement d'un travail de 25 années de recherches, de tests, d'essais dans l'univers de l'audio Haut de Gamme. L'objectif affiché par Roberto Barletta, fondateur de la marque Xavian était de créer une enceinte aux performances exceptionnelles : musicalité, naturel, cohérence, dynamique, précision...

lien boutique : Xavian Orféo


FABRICATION :

xavian orfeoJusqu'à ce jour, les produits Xavian étaient façonnés autour des haut-parleurs conçus spécifiquement pour la marque par le fabricant scandinave ScanSpeak. Mais Roberto désirait encore un peu plus de performance et, pour atteindre ce but, il a créé sa propre fabrique de haut-parleurs, AudioBarletta, et utilise ces "drivers" haut de gamme, boomer et tweeter, dans cet aboutissement qu'est l'enceinte Xavian Orféo.

Le "Corpus" des enceintes compactes Xavian Orféo est réalisé, fait exceptionnel dans le monde de la Haute-Fidélité, en bois de Noyer Italien sélectionné avec grand soin par Roberto lui même. Avant d'être travaillé ce bois doit mûrir plus de trois semaines, ensuite d'habiles menuisiers au sein de l'usine Tchèque de Xavian façonne le magnifique châssis de l'Orféo.

Le filtre est constitué des meilleurs composants fabriqués par Mundorf . Ces "éléments" ont été choisi exclusivement pour leur très grande musicalité. Le filtre interne à l'enceinte fonctionne selon le processus "Fase Zéro" propre à Xavian, permettant une cohérence parfaite de la phase.

Caractéristiques principales 
 
  • haut parleur medium : 175 mm AudioBarletta
  • haut parleur aigu : 29 mm AudioBarletta
  • Systeme : bass-reflex, filtre Phase Zero, composants Mundorf
  • Chassis bois massif
  • bande passante : 33 to 30,000 Hz (+/- 3 dB dans l'axe)
  • Connexion : 1 paire pour bananes (signé Xavian)
  • Impedance : 8 ohms
  • fréquence de Crossover : 2250 Hz
  • Sensibilité ( 2,83V / 1m ) : 85 dB
  • Puissance recommandée : 50 – 300 W
  • Dimensions (HxLxP) : 380 x 236 x 282 mm
  • Poids : 17 kg pièce

Musiques écoutées :

 

  1. HD - The Bassface Swing Trio - Oh, Lady Be Good (Tribute to Cole Porter - Stockfish 2007)
  2. HD - Anton Bruckner - Symphonie n°7 (Budapest Festival Orchestra / Ivan Fischer - Channel Classics 2014)
  3. LP - McLaughlin, de Lucia, Di Meola - Mediterranean Sundance (Friday Night in San Francisco - Columbia 1981)
  4. CD - Igor Stravinsky - Le Sacre du Printemps (Eiji Oue - Minnesota Orchestra - Reference Recording 1996)
  5. HD - Franz Liszt - Sonate en si mineur (Le Piano de demain / Roger Muraro - La Dolce Volta 2015)

Ces beaux objets sonores que sont les Xavian Orféo "chantent" chez Opus 51 depuis plus d'un mois. Un mois d'écoutes intensives, près de 500 heures de fonctionnement. De jour en jour, elles se sont bonifiées et, pour ce test, nous décidâmes de les exploiter à 1000%. A cet effet, au diable l'avarice, nous les avons connectées aux, nous ne trouvons pas l'adjectif adéquat... aux puissants blocs stéréo, bridgés en mono Leema Hydra II, eux mêmes servis par le très musical préamplificateur/DAC Fonel Renaissance. Soit plus de 17.500 euros d'électronique pour alimenter des enceintes à environ 6.000 euros la paire. Une folie ?

Les écoutes ont toutes été réalisées dans une pièce d'environ 30 m² et d'une hauteur de plafond d'environ 4 mètres. 

 

 IMAGE :

Nous sommes en présence d'enceintes compactes d'un volume moyen de 24 litres, alors évacuons rapidement le problème des graves car nous vous sentons venir... Dans notre auditorium, lors des nombreuses heures passées en compagnie des Orféo, jamais nous n'avons ressenti de manque dans ce secteur de la bande passante. Certes le 20 Hz, ici est très, très estompé mais cela est vrai pour 99,99% des enceintes du marché. Nous préférons, de loin un beau 60 Hz précis, rapide, délicat qu'un 30 Hz bourdonnant et jouant toujours "la même note".
 
Les enregistrements audio élaborés par le label allemand StockFish sont dans leur très grande majorité de belle qualité. La relecture du standard de Cole Porter "Oh! Lady Be Good" par le Trio Bassface Swing est musicalement intéressante et passionnante au niveau technique. Les instruments nous sont offerts avec richesse et vérité, chacun à leur place et le tout dans un espace sonore bien déterminé. Les musicien s'adressent à nous, auditeurs et jouent pour notre plus grande joie.
 
Anton Bruckner, est l'autre grand symphoniste autrichien de la fin du XIXéme siècle. Influencé par l'oeuvre de R. Wagner, son leg se compose de dix symphonies et de quelques oeuvres religieuses et chorales. L'interprétation et l'enregistrement qu'en propose Ivan Fischer et son orchestre de Budapest est en tout point magnifique. Le grand orchestre symphonique se pose, s'installe dans le salon d'écoute, les cordes sur la gauche, les trompettes au fond légérement à droite, tous les pupitres trouvent leur place avec précision. l'image est stable et restera stable du triple pianissimo au triple fortissimo ; très beau travail de mise en phase des haut-parleurs, bravo monsieur Barletta. Les deux enceintes se font très discrètes et disparaissent lors de ces séances de plaisir musical, seuls les musiciens restent en notre présence.

 

 TIMBRES :

Igor Stravinsky, en 1913 quand il composait son oeuvre "Le Sacre du Printemps", savait-il qu'il marquerait de son empreinte indélébile l'histoire de la Musique ? "Le Sacre" est l'une des oeuvres musicales les plus importantes du XXéme siècle. L'enregistrement que nous en donne Reference Recording est exceptionel, peut être l'un des enregistrements d'orchestre symphonique les plus aboutis. La plage dynamique est ici très étendue, l'image sonore est d'une profondeur rarement connue et les timbres sont subtilement rendus. L'introduction de l'oeuvre, où les multiples instruments de la famille des bois interviennent en solo et à l'unisson est de toute beauté, chaque instrument est bien différencié, nous dégustons avec un délice extrême toutes ses couleurs savamment orchestrées par Stravinsky. Les enceintes Xavian Orféo nous délectent d'un ravissement de tout instant, nos oreilles sont aux aguets et se surprennent à des timbres et des harmonies que trop rarement restitués dans le monde de la Haute Fidélité.


Xavian Orfeo Opus
 

DYNAMIQUE :

Friday Night in San Francisco est un album des trois virtuoses de la guitare que sont Paco de LucíaJohn McLaughlin et d'Al Di Meola. Il a été édité en 1981, et fut enregistré lors d'un concert au Théâtre Warfield de San Francisco, le 5 décembre 1980. Ce jour là et les musiciens, et les techniciens étaient touchés par la Grâce. Sur la plage écoutée, seuls de Lucia (canal gauche) et Di Meola (canal droit) interviennent, les attaques sur les cordes des guitares sont saisissantes de vérité, de réalisme, la vitesse des musiciens/techniciens est rendue avec une très grande maîtrise par les Xavian Orféo qui jamais ne trainent, et permettent une écoute "live" vive et véridique. Nous avons l'impression d'écouter un haut parleur large bande très haut de gamme ou, plutôt, une enceinte électrostatique possédant une bande passante sans limite. Les moindres détails, les plus subtiles variations dynamiques sont transmises avec facilité et fluidité. Cela représente, certainement, une des plus belles écoutes que nous ayons jamais faites de cet album magistral, il est vraiment dommage que sa transcription numérique sur CD ou en HiRes soit si lamentable... Mais ceçi est une autre histoire !

Le grand piano de concert est certainement l'instrument de musique acoustique qui posséde la plage dynamique la plus large. Franz Liszt dans sa pièce maitresse qu'est sa sonate en si en exploita toute l'étendue et l'interprétation de Roger Muraro nous rend cette puissance presque sans limite.
Sur ce type d'enregistrement, les Xavian Orféo nous ont bluffées. 95% des enceintes compactes, nonobstant leurs tarifs, que nous avons écoutées dans notre longue vie de mélomane finissent par "tasser" la dynamique d'une belle prise de son, certaines le fond avec bonheur d'autres se "ramassent" lamentablement... Nous ne citerons aucun nom... Ici nous avons pu écouter à un niveau sonore réellement indécent avec des pics à plus de 100 dB sans ressentir aucune compression dynamique, aucune distorsion sonore. Un bonheur pour mélomane fou !

 

RAPPORT QUALITE/PRIX :

orfeo opus51

Intrinsèquement 6.000 euros pour une paire d'enceintes compactes c'est beaucoup d'argent mais... 6.000 euros pour une paire d'enceintes proposant autant de qualité sonore c'est rare, très rare dans le monde de la Haute Fidélité Haut de Gamme qui ces dernières années est devenu un peu fou en proposant des produits sans prix avec des qualités sonores indignes. Mais ceci est un autre débat.

Avec les Orféo, le constructeur Tchèque Xavian continue à nous surprendre et propose des produits de plus en plus neutres et agréables à vivre.  Roberto a gagné son pari haut la main, les Orféo appartiennent à la famille très restreinte des enceintes compactes Haut de Gamme réellement musicales et elles sont les moins onéreuses de cette famille malgré une construction tout à fait exceptionnelle.

Les Orféo sont un gros coup de coeur !

Mais attention pour en profiter pleinement elles devront être associées à des électroniques de grande qualité et disposant de ressources en courant importantes. N'ayez pas peur de faire comme nous et de les "driver" avec des blocs de puissance Haut de Gamme, elles ne s'en porteront que mieux. 


Les "Pros and Cons"  : 

+ la construction en bois massif, magiques,
+ l'image sonore stable et réellement tridimensionnelle,
+ la qualité et la véracité des timbres reproduits, 
+ la capacité à retranscrire de grands écarts dynamiques,
+ la possibilité d'encaisser de forts niveaux sonores,
- la seule finition bois pour ceux détestant le bois
 
     
 Le Système d'écoute :

Pré-Amplificateur : Fonel Renaissance
Amplificateurs : 2 blocs de puissance Leema Hydra II bridgés
Sources : Fonel Renaissance
Enceintes : Xavian Orféo
Câbles de modulation : Studio Connections Platinum 
Câbles HP : Studio Connections Reference +
Cable secteur : Studio Connections Power Carbon SE


Les Notes  :
 
Fabrication : 18/20
Image : 16/20
Timbres : 18/20
Dynamique : 17/20
Transparence : 17/20 
Qualité/Prix : 18/20
 

 

Les propos et les avis énoncés dans ce test n'engagent que l'auteur de ce test et en rien la société Opus 51

dimanche, 04 octobre 2015 10:37

Portes Ouvertes FONEL

Évaluer cet élément
(8 Votes)

Tous les mélomanes, tous les audiophiles sont chaleureusement conviés aux Portes Ouvertes FONEL le samedi 10 octobre 2015 de 10h. à 19h.

Une Coupe de Champagne sera servie sous le coup de midi.

Quatre auditoriums, quatre écoutes exceptionnelles en présence des représentants/concepteurs de la firme allemande, ils seront à votre disposition pour répondre à toutes vos attentes.

Durant cette journée, nos quatre salons d'écoute seront dédiés à la découverte d'un large panel de "Chef d'Oeuvres" FONEL, pêle-mêle :

  • Amplificateur intégré Avalon (nouveauté 2015)
  • Amplificateur intégré Emotion AB, encensé par la presse spécialisé en 2015,
  • Préamplificateur phono "Symphony" et "Appassionata"
  • Lecteur CD/Préamplificateur stéréo/DAC "Amadeus"
  • Enceinte active "La Grande"
  • Lecteur de CD "Simplicité"
  • Tous les câbles seront fournis par Studio Connections (comme d'habitude)

lien Boutique : Fonel 

jeudi, 24 septembre 2015 15:03

Vinyles : rééditions

Évaluer cet élément
(5 Votes)
Nous avons la chance et le bonheur d'avoir parmi nos clients un mélomane certainement collectionneur. Régulièrement, il nous apporte une pile de 33 tours à nettoyer et, oh! merveille, à 90% des éditions originales, des pressages de "prestige". 
Nous sommes tombés sur le célèbre enregistrement de Johnny Cash réalisé dans les non moins renommés Studios Sun situés à Memphis. Belle étiquettes jaune, écoute dynamique, précise avec un son de guitare très typique du son "Cash", un régal même si la grande majorité des paroles nous échappent, nous restons à écouter cette country avec bonheur.
De mémoire, dans notre discothèque, au vu de la pochette, nous pensions posséder une réédition assez récente de cet album... Quelques recherches plus tard nous trouvons le pressage réalisé en 2002 par la société Get Back... Ecoute comparative... Nous nous attendions à un miracle...
Déception... écoute terne, sans dynamique comme un vieux repiquage sur lequel un filtre anti bruit de fond aurait été appliqué. Certes la pochette était reproduite à l'identique mais la beauté du Sun Sound avait disparu... Tristesse...
Cela n'est pas vrai avec toutes les rééditions mais l'engouement du public pour les vieilles galettes noires font que les éditeurs de ces produits travaillent souvent à la "va-vite" et oublient le plus important, le pourquoi de ce retour du vinyle, la qualité du son. Dommage... La mode et l'économie vont certainement à moyen terme tuer une deuxième fois nos chers 33 tours.



mardi, 22 septembre 2015 11:10

Marantz : Série 14 Special Edition

Évaluer cet élément
(34 Votes)
Le lancement de nouveaux appareils Marantz Premium est toujours l’occasion pour les audiophiles de se réjouir. Et la nouvelle Série 14 Special Edition vous embarque vers de nouveaux niveaux de plaisir audio. Cette édition a en effet été réglée et optimisée avec amour et passion pour lire les fichiers haute résolution, ce qui marque le début d’une nouvelle ère en matière de passion musicale. Disponible dans les coloris noir ou champagne, la nouvelle Série 14 Special Edition représente la quintessence de la qualité, il s'agit, tout simplement, d'un chef-d'œuvre. Elle intègre toutes les caractéristiques que l'on est en droit d'attendre d'un amplificateur de ce niveau, notamment des composants d'une exceptionnelle qualité tels qu'un transformateur toroïdal surdimensionné et des sous-systèmes qui structurent sa conception. Son couvercle lourd en aluminium épais de 5 mm et sa base particulièrement rigide réduisent les vibrations au minimum pour garantir le traitement le plus pur des signaux audio. De plus, il comprend des éléments personnalisés et améliorés comme les modules audio HDAM exclusifs de Marantz et met en œuvre un chemin de signal électrique bien plus efficace. Tout ceci pour porter la qualité audio à un niveau sublimé. Le PM-14S1 Special Edition est livré avec nouvelle télécommande arborant un boîtier élégant en aluminium anodisé noir et pouvant aussi contrôler le lecteur SACD SA-14S1. Enfin, les borniers d'enceintes Marantz spécifiques, fabriqués en cuivre massif, lui confèrent une touche d'élégance et une capacité accrue de transmission puissante du signal.
Le luxe poussé à l’extrême.

Tarifs publics conseillés : 
     - Amplificateur PM-14s1 Special Edition : 3.000 euros
     - Lecteur/DAC CD et CACD SA-14s1 Special Edition : 3.000 euros
samedi, 19 septembre 2015 10:33

Disquaire Days

Évaluer cet élément
(7 Votes)
Vendredi 25 et Samedi 26 septembre : remise de 20% sur tous les vinyles, CD et SACD en vente au magasin et 20% de remise sur toutes les platines vinyles présentées en démonstration chez Opus 51... 
Plus que les disques eux-mêmes, c'est tout le matériel indispensable pour profiter pleinement de ce support qui sera mis en démonstration dans nos différentes salles, lors de deux journées Portes Ouvertes : platines, cellules et pre-phonos de tous budgets seront à l'honneur pour vous permettre de vous détendre au son de vos disques préférés.
Ce sont 3 auditoriums soignés et des conseils personnalisés qui vous attendent, dans une ambiance professionnelle et décontractée, tout au long de ces journées. Comme à notre habitude, nous mettrons l'accent sur l'attention qui est portée au rapport qualité/prix des appareils qui vous seront proposés en démonstration.
Vous aurez l'occasion d'y écouter des vinyles sur des systèmes de tous budgets, avec entre autres :
-des platines Acoustics Signature, Scheu, Soulines, Edwards Audio (à partir de € 350 et jusque des montants parfaitement déraisonnables)
-des cellules Ortofon, Zephyr, Scheu, van den Hul (à partir de € 90 jusqu'à beaucoup plus)
-de nombreux pré-phonos de différentes marques dont Fonel, Leema, Edwards Audio, Rega.
Cerise sur le gateau : vos propres vinyles sont les bienvenus ! Si vous désirez écouter vos disques préférés, n'hésitez donc pas à les prendre sous le bras.

lien boutique : Univers du Vinyle
jeudi, 17 septembre 2015 10:10

Leema Libra

Évaluer cet élément
(10 Votes)
Leema Libra est un DAC préamplificateur Haut de Gamme, que nous avions eu la chance et le bonheur de découvrir lors du dernier Salon Haute-Fidélité de Munich en mai dernier et que nous avions eu le loisir d'écouter toute une journée au printemps en nos auditoriums.
La version définitive, que nous "dévorons" depuis maintenant plus d'une semaine, tient les promesses introduites lors de nos écoutes printanières.
Ce produit est bien signé Leema : neutralité, transparence, rapidité et fidélité.
Nous vous invitons à venir y jeter une ou deux oreilles, à ce jour le Leema Libra enchante les enceintes actives Fonel "La Grande".

lien boutique : Leema Libra
vendredi, 11 septembre 2015 14:31

Soulines : la presse en parle

Évaluer cet élément
(11 Votes)
Soulines, les superbes platines Serbes sont à l'honneur dans la presse nationale.

A lire et voir ici.

Lien boutique : Soulines
jeudi, 10 septembre 2015 11:41

Harmonia Mundi : Hi-Res AUDIO

Évaluer cet élément
(10 Votes)
Depuis quelques semaines apparaît sur tous les CD et SACD édités par Harmonia Mundi un sticker proposant de télécharger les fichiers audio du CD en Haute Définition 24 bits. Nous ne pouvons que saluer cette initiative. 
N'est-ce pas une bonne raison pour re-acheter des CD ?
L'idéal semble se loger ici. Posséder le support physique, le livret et les fichiers Hi-Res AUDIO permettant une écoute optimale si le mélomane possède le matériel adéquat.

mercredi, 09 septembre 2015 15:10

Xavian Perla

Évaluer cet élément
(17 Votes)
L'enceinte compacte Perla est le premier modèle d'une nouvelle gamme baptisée Natura pour le constructeur Tchèque Xavian.
Pourquoi Natura (naturelle en italien) parce que Xavian pense pouvoir réaliser l'impossible et créer des enceintes acoustiques possédant le "naturel" de toute musique.
Les enceintes Perla sont des enceintes pour bibliothèque deux voix dont l'évent bass-réflex se positionne au bas de la face avant. Le châssis de l'enceintes est réalisé en bois de noyer italien en construction de type mosaïque.
Admirez la Perla, touchez la et le plaisir laissera place à l'admiration lorsque vous débuterez vos écoutes.

lien boutique : Xavian Perla
vendredi, 28 août 2015 09:36

Edwards Audio IA2-R : le test

Évaluer cet élément
(34 Votes)

Souvent lors de nos écoutes en magasin, lorsque nos clients recherchent des enceintes entrée/moyenne gamme nous utilisons comme amplificateur le "petit" Edwards Audio IA2-R. Cela s'est fait naturellement sans acte volontaire de notre part, cet anglais s'est imposé de par son naturel, son dynamisme, sa musicalité et son tarif abordable...
Quelques mois après avoir fait sa connaissance, il était temps que nous nous mettions au travail et que nous vous le présentions.

lien boutique : Edwards Audio IA2-R


FABRICATION :

Sa fabrication est à l'anglaise (voir les produits Rega), simple et efficace.
Ses dimensions, boîte à chaussure, lui permettent de ne pas envahir vos meubles et étagères.
Sa face avant en "Plexiglas" procure à cet amplificateur un côté haut de gamme, surtout lorsque vous le mettrez sous tension.
Sa face arrière propose toutes les connexions, 4 entrées ligne, 3 en RCA et une mini-jack 3.5mm, une entrée phono MM en option (+100 euros) et 2 sorties pour enceintes exclusivement avec connecteurs bananes, à l'anglaise. Rien de superflu, que du nécessaire et... c'est bien suffisant pour écouter de la Musique ! 

Caractéristiques principales 
 
    - Puissance de sortie : 65 Watts par canal sur 8 ΩdB
    - Bande passante : 20 Hz à 20 KHz 
    - 1 entrée Phono MM isolée : 47K 120pF
    - 3 entrées Ligne RCA
    - 1 entrée Ligne mini jack 
    - télécommande : oui
    - dimensions : 218 x 87.5 x 325 mm

Musiques écoutées :

 

  1. CD - F. Schubert - Gute Nacht (D. Fischer-Dieskau / J. Demus - DG 1965)
  2. CD - R. Strauss - Also sprach Zarathustra (H. von Karajan - DG 1973)
  3. CD - A. Dvorak - Concerto pour violoncelle (M. Rostropovitch / H. von Karajan - DG 1968)
  4. CD - E. Rava - Un Bel Di Vedremo (Italian Ballads - Venus 1996)
  5. CD - David Johansen and the Harry Smiths - Poor Bay Blues (Chesky JD196)
  6. CD - D. Hyman - I hope Gabriel likes my Music (Swing is here - RR 1996)

J'ai entendu dire que lors de notre précédent test, nous parlions trop Musique et pas assez Technique... Nous allons essayés de corriger le tir mais avouons, cela va nous être bien difficile car pour nous la finalité de tous les produits que nous testons est d'écouter de la musique, des musiques... de découvrir et de partager .
D'ailleurs pour prouver notre bonne volonté, tous les enregistrements CD écoutés pour ce test ont été pris dans le superbe, que disons-nous magnifique coffret "The Originals" édité par la Deutsche Grammophon il y a une année déjà. Complice

 

 

Soit, 50 galettes à déguster sans modération, proposant une synthèse de l’écurie Deutsche Grammophon : dans leurs atours réactualisés, où chaque compact disc est réhabillé comme s’il s’agissait du vinyle d’époque (avec visuel de couverture originale). Les interprétations légendaires s’y bousculent faisant de cette nouvelle somme, un coffret discographique à acquérir ABSOLUMENT.


Attention : cet amplificateur est assez sensible à la phase du secteur... Cela signifie que lorsque la phase est connectée "du bon côté", le son du Edwards Audio IA2-R s'en trouvera comme bonifié. La qualité des graves et des aigus, le relief de l'image stéréo seront directement affectés par cette "phase", et l'impression globale, à l'écoute, sera meilleure.

IMAGE :

L'image audio reproduite par un élément Haute-Fidélité dépend principalement de deux facteurs : le premier, sa capacité à préserver la phase du signal audio (beaucoup plus d'informations ici), le deuxième à reproduire une bande passante large et précise dans le bas du spectre sonore principalement ; meilleures seront les fondations d'un édifice, plus grande sera sa stabilité. Pour savoir si votre système audio respecte correctement la phase du signal audio un test simple est facile à réaliser ; prenez un enregistrement mono de la fin des années 50, début années 60, dégustez le et vous remarquerez que vous aurez l'impression que le son n'est émis que d'un seul point dans l'espace situé pile face à vous (si vous êtes parfaitement bien installé à l'intérieur de la pointe du très fameux triangle équilatéral).
Rien de tel pour tester ce respect de la phase audio que d'écouter une voix/piano. Une voix de baryton est idéale car son spectre sonore s'étendra du grave au haut medium/aigü pour les harmoniques, c'est à dire passera entre les deux ou trois voix de vos enceintes acoustiques, un bon défi, et pour le respect de la phase, et pour le respect des timbres (couleurs).
La version du cycle de leader Winterreise de F. Schubert interprétée par D. Fischer-Dieskau (baryton) et J. Demus (piano) est techniquement et artistiquement une Référence. L'amplificateur Edwards Audio IA2-R est particulièrement à l'aise sur ce type de musique, le baryton est bien au centre des deux enceintes, son placement est assez stable et le piano se situe, avec une très belle présence, derrière l'artiste. La pari est gagné, pour un amplificateur dans cette gamme de prix, il est assez rare d'entendre un tel résultat, pour vous en persuader, tester quelques références du marché et vous serez surpris...

 

Tester la bande passante d'un système audio cela devient un brin plus compliqué. La meilleure solution, à notre avis, c'est d'écouter un enregistrement bien réalisé d'une oeuvre du XXéme siècle pour grand orchestre : une symphonie de Mahler, de Shostakovitch ou une musique de film (J. Williams, H. Zimer, J. Horner...) par exemple. Ici nous écouterons une oeuvre rendue ô combien célèbre par le cinéma, un poème symphonique composé en 1896 par le munichois Richard Strauss, Also Sprach Zarathustra. La version que nous en offre H. von Karajan, à la tête de l'Orchestre Philharmonique de Berlin, certainement le plus beau son du monde, démontre les capacités et les limites de notre amplificateur. L'amplificateur Edwards Audio IA2-R, propose une bande passante légèrement atténuée aux deux extrémités du spectre, atténuation plutôt moins importantes que certains concurrents. est-ce un point négatif ? Oui et... Non. Un tel amplificateur est dédié à des enceintes qui sont incapables de reproduire correctement une fréquence grave de 35 Hz et encore moins une fréquence à plus 16 kHz. Donc cette limite est même bien venue car quelle est l'utilité d'exciter des haut-parleurs dans des fréquences qu'ils maîtrisent mal ?


Globalement l'image construite par l'amplificateur Edwards Audio IA2-R est plus profonde que large ce qui nous déroute un peu car c'est bien la première fois que nous rencontrons ce phénomène.

 

TIMBRES :

Donner un avis sur la qualité des timbres, des couleurs (instruments et voix) reproduits par un élément Haute-Fidélité est très compliqué car, ici, nous faisons appel à la mémoire, à l'expérience de l'auditeur. L'exemple de l'instrument appelé trompette nous semble être bon pour essayer de comprendre l'intérêt de ce test. Combien de fois nous est-il arrivé d'écouter des systèmes dits Haute Fidélité, même très onéreux, sur lesquels la trompette, instrument appartenant à la famille des cuivres, sonne comme une trompette d'enfant en plastique. Bien souvent ce phénomène est du au matériaux employés pour fabriquer les haut-parleurs des enceintes mais, d'expérience, nous savons également, que de nombreuses électroniques "détimbrent" les instruments ou plutôt imposent une coloration à la musique écoutée. Si nous faisons l'acquisition d'un système Haute-Fidélité, est-ce pour subir un type de coloration infligé à toutes les musiques que nous écoutons ? Nous avons la modestie de penser qu'un système Haute-Fidélité doit s'effacer devant la musique et être le plus neutre possible... malheureusement nous sommes à contre courant des mouvement actuels qui préconisent des écoutes très typées : Devialet, Leedh, Accuphase, Rega, 95% des électroniques à tubes, etc. 
La méthode que nous préférons pour analyser la qualité des timbres reproduits par un élément Hi-Fi est d'écouter de la musique acoustique, une oeuvre symphonique avec de nombreuses interventions de solistes nous paraît très intéressante.

A l'audition du concerto pour violoncelle de A. Dvorak interprété par les Berliner Philharmoniker dirigés par H. von Karajan, et M. Rotropovitch au violoncelle, remarquons, en passant comme cela sans en avoir l'air, la pâte sonore exceptionnelle de l'orchestre allemand en cette année de 1968, nous sommes plutôt agréablement surpris par l'amplificateur intégré stéréo Edwards Audio IA2-R. Pour un amplificateur à moins de 1.000 euros, la Bête s'en sort bien, les instruments de l'orchestre paraissent vrais et sont définis... c'est déjà pas mal. Certes le haut du spectre sonore aurait demandé un peu plus de subtilité, le grave un peu plus de précision, mais l'ensemble mérite la moyenne, toute gamme d'amplificateur confondu.

Comme nous avons du déjà l'écrire lors de précédents tests, E. Rava est l'un de nos trompettistes actuels préférés. Sa trompette fleure bon la Méditerranée, chaude et langoureuse... Estate ! Sa reprise, sa réinterprétation "jazz" d'un "tube" tiré de l'opéra Madame Butterfly de G. Puccini est très intéressante pour qui veut tester les "couleurs" de son système audio. Reconnaissons à l'amplificateur Edwards Audio IA2-R une très belle reproduction de la guitare acoustique de R. Cecchetto qui nous gratifie d'un beau solo sur ce titre. La trompette de E. Rava est bien reproduite même si, dans le haut du spectre, nous eussions souhaité un peu plus d'harmoniques et surtout une dynamique un peu plus accentuée.

Globalement l'amplificateur Edwards Audio IA2-R ne dénature pas les timbres, les couleurs des différents instruments de musique et c'est déjà bien. Lors de nos écoutes nous avons remarqué que cet amplificateur, dans le registre medium, appliquait un très léger effet "ton chaud", effet qui n'était pas désagréable Sourire 
Par rapport à la concurrence : Atoll, Rotel, Marantz, Rega, Creek... Il s'en sort avec les éloges. 

DYNAMIQUE :

La dynamique : que serez la musique sans le rythme ? Voilà ce que nous allons essayer d'éprouver à l'écoute d'un élément Haute Fidélité ; sa capacité à respecter le rythme, c'est à dire principalement sa capacité à gérer les écarts micro-dynamiques. Cela peut sembler abscons mais en finalité cela est très simple. De nombreux systèmes Haute Fidélité lissent, simplifient la musique, ils soustraient une grande partie du relief musical... Voilà c'est la dynamique qui disparaît. D'autres, par contre, souvent des amplificateurs à Lampes en rajoutent mais cela nous paraît moins catastrophiques...
Comment tester cette dynamique ? Avec des pressages CD récents cela devient très difficiles car tous sont compressés, la dynamique est atténuée afin de facilité l'écoute, nous avons l'impression d'entendre de nombreuses informations mais en réalité tous les sons, nous exagérons un peu mais à peine, sont au même niveau sonore. Cela est très pratique lors d'écoutes en milieu bruyant (voiture par exemple) ou via des systèmes sonores entrées de gamme (mini chaines, systèmes multiroom...) mais cela devient insupportable en écoute Haute-Fidélité. Que cela soit dit !
Certains label discographique s'honorent, et ils ont bien raison, de proposer des enregistrements naturels, non retouchés. C'est eux que vous devez privilégier pour ce type de test : Chesky records, Challenge Records, Reference Recording, Stockfish Records, 2L, Exton et bien d'autres maisons de disque travaillent biens... A vous de choisir. 

Dans le Blue traditionnel de David Johansen and the Harry Smiths enregistré par l'équipe Chesky en 2000, la dynamique de chaque instrument et de la voix masculine sont bien respectées lorsque nous l'écoutons au travers l'amplificateur Edwards Audio IA2-R. Notre élément audio anglais se sort bien de ce test, à aucun moment il ne tasse la dynamique. Les moindres nuances des percussions, les belles attaques sur les cordes de la contrebasse sont retranscrites avec véracité. Certes sa puissance est limitée mais à écoute domestique tout se déroule ma foi plutôt bien.

Reference Recordings est un label californien basé à San Francisco qui propose des enregistrements de grande qualité. Pas d'esbroufe mais la vérité, tel pourrait être leur slogan. Dans cet enregistrement où Dick Hyman (piano) est accompagné de 6 superbes musiciens "old school" dont K. Peplowski à la clarinette, nous succombons à la richesse des timbres et à la dynamique des instruments entendus. Un peu d'enthousiasme ne fait jamais de mal. Sur un système audio plus haut de gamme, l'écoute d'un tel enregistrement possède un nous-ne-savons-quoi qui vous transporte ailleurs. Mais, là, avec l'amplificateur Edwards Audio IA2-R s'est franchement déjà bien !


RAPPORT QUALITE/PRIX :

Les quelques limites que nous avons ressenties lors de nos écoutes sont assez logiques pour un amplificateur intégré stéréo de cette gamme de prix, elles ne sont pas rédhibitoires pour qui veut se faire plaisir à écouter de la musique.
Nous avons comparé le Edwards Audio IA2-R à quelques leader du marché et, il n'a pas de quoi rougir. Ils sont très, trop rares les amplificateurs entrée/moyen gamme capables de reproduire la musique dans de telles conditions qualitatives. Naturellement, et nous ne vous mentirons pas, cet amplificateur, comme tous les amplificateurs à moins de 1.500 euros est plus apte à reproduire les petits ensembles orchestraux, les musiques modernes que de grands ensembles symphoniques. Pour qui est amoureux des musiques jazz, des musiques baroques alors le Edwards Audio IA2-R est une belle acquisition (les musiques commerciales modernes passeront aussi sans aucune difficulté sur ce type de produit, mais là nous écrasons des évidences). 
Les résultats sonores obtenus en compagnie des enceintes de la marque Xavian série Neox sont d'un grand intérêt, attention de ne pas relier cet amplificateur à des enceintes qui auraient tendance à être "sèches" et à trop exposer le haut du spectre sonore.


Les "Pros and Cons"  : 

     + le design,
     + sa conception orientée "tout pour la musique",
     - en option l'entrée vinyle MM qui devrait être de série, 
     - sinon rien,
     
 Le Système d'écoute :

Amplificateur : Edwards Audio IA2-R  
Sources : Leema Elements CD
Enceintes : Xavian Neox 2
Câbles de modulation : Studio Connections Monitor Plus
Câbles HP : Studio Connections Reference Plus
Cable secteur : Studio Connections Power Carbon SE


Les Notes  :
 
Fabrication : 13/20
Image : 13/20
Timbres : 12/20
Dynamique : 14/20
Transparence : 14/20 
Qualité/Prix : 16/20
 

 Les propos et les avis énoncés dans ce test n'engagent que l'auteur de ce test et en rien la société Opus 51

jeudi, 27 août 2015 11:23

Yamaha: le multiroom... enfin

Évaluer cet élément
(7 Votes)
Le multiroom chez Yamaha portera le doux nom de MusicCast...

"Lorsque vous arrivez aux carrefours cruciaux de votre vie et devez anticiper vos futures directions, la musique est toujours là―vous attirant doucement tout près d'elle.Tout prend une couleur vive, et l'expérience entière reste gravée dans votre coeur grâce à la musique.La musique vous parle doucement et sans aucune pause, elle transforme instantanément l'atmosphère.
Avant même que des expressions comme « réseau audio » existent, Yamaha était déjà à la pointe des systèmes de musique sans fil. Maintenant, tout renaît avec un nouveau concept extrêmement abouti.- MusicCast -
Votre imagination s'agite, attisée par le son qui vient jusqu'à vous.Une toute nouvelle histoire entre vous et la musique commence aujourd'hui."

A découvrir, prochainement chez Opus 51, Le Revendeur Haute Fidélité en Champagne !