samedi, 19 septembre 2015 10:33

Disquaire Days

Évaluer cet élément
(7 Votes)
Vendredi 25 et Samedi 26 septembre : remise de 20% sur tous les vinyles, CD et SACD en vente au magasin et 20% de remise sur toutes les platines vinyles présentées en démonstration chez Opus 51... 
Plus que les disques eux-mêmes, c'est tout le matériel indispensable pour profiter pleinement de ce support qui sera mis en démonstration dans nos différentes salles, lors de deux journées Portes Ouvertes : platines, cellules et pre-phonos de tous budgets seront à l'honneur pour vous permettre de vous détendre au son de vos disques préférés.
Ce sont 3 auditoriums soignés et des conseils personnalisés qui vous attendent, dans une ambiance professionnelle et décontractée, tout au long de ces journées. Comme à notre habitude, nous mettrons l'accent sur l'attention qui est portée au rapport qualité/prix des appareils qui vous seront proposés en démonstration.
Vous aurez l'occasion d'y écouter des vinyles sur des systèmes de tous budgets, avec entre autres :
-des platines Acoustics Signature, Scheu, Soulines, Edwards Audio (à partir de € 350 et jusque des montants parfaitement déraisonnables)
-des cellules Ortofon, Zephyr, Scheu, van den Hul (à partir de € 90 jusqu'à beaucoup plus)
-de nombreux pré-phonos de différentes marques dont Fonel, Leema, Edwards Audio, Rega.
Cerise sur le gateau : vos propres vinyles sont les bienvenus ! Si vous désirez écouter vos disques préférés, n'hésitez donc pas à les prendre sous le bras.

lien boutique : Univers du Vinyle
jeudi, 17 septembre 2015 10:10

Leema Libra

Évaluer cet élément
(10 Votes)
Leema Libra est un DAC préamplificateur Haut de Gamme, que nous avions eu la chance et le bonheur de découvrir lors du dernier Salon Haute-Fidélité de Munich en mai dernier et que nous avions eu le loisir d'écouter toute une journée au printemps en nos auditoriums.
La version définitive, que nous "dévorons" depuis maintenant plus d'une semaine, tient les promesses introduites lors de nos écoutes printanières.
Ce produit est bien signé Leema : neutralité, transparence, rapidité et fidélité.
Nous vous invitons à venir y jeter une ou deux oreilles, à ce jour le Leema Libra enchante les enceintes actives Fonel "La Grande".

lien boutique : Leema Libra
vendredi, 11 septembre 2015 14:31

Soulines : la presse en parle

Évaluer cet élément
(11 Votes)
Soulines, les superbes platines Serbes sont à l'honneur dans la presse nationale.

A lire et voir ici.

Lien boutique : Soulines
jeudi, 10 septembre 2015 11:41

Harmonia Mundi : Hi-Res AUDIO

Évaluer cet élément
(9 Votes)
Depuis quelques semaines apparaît sur tous les CD et SACD édités par Harmonia Mundi un sticker proposant de télécharger les fichiers audio du CD en Haute Définition 24 bits. Nous ne pouvons que saluer cette initiative. 
N'est-ce pas une bonne raison pour re-acheter des CD ?
L'idéal semble se loger ici. Posséder le support physique, le livret et les fichiers Hi-Res AUDIO permettant une écoute optimale si le mélomane possède le matériel adéquat.

mercredi, 09 septembre 2015 15:10

Xavian Perla

Évaluer cet élément
(17 Votes)
L'enceinte compacte Perla est le premier modèle d'une nouvelle gamme baptisée Natura pour le constructeur Tchèque Xavian.
Pourquoi Natura (naturelle en italien) parce que Xavian pense pouvoir réaliser l'impossible et créer des enceintes acoustiques possédant le "naturel" de toute musique.
Les enceintes Perla sont des enceintes pour bibliothèque deux voix dont l'évent bass-réflex se positionne au bas de la face avant. Le châssis de l'enceintes est réalisé en bois de noyer italien en construction de type mosaïque.
Admirez la Perla, touchez la et le plaisir laissera place à l'admiration lorsque vous débuterez vos écoutes.

lien boutique : Xavian Perla
vendredi, 28 août 2015 09:36

Edwards Audio IA2-R : le test

Évaluer cet élément
(33 Votes)

Souvent lors de nos écoutes en magasin, lorsque nos clients recherchent des enceintes entrée/moyenne gamme nous utilisons comme amplificateur le "petit" Edwards Audio IA2-R. Cela s'est fait naturellement sans acte volontaire de notre part, cet anglais s'est imposé de par son naturel, son dynamisme, sa musicalité et son tarif abordable...
Quelques mois après avoir fait sa connaissance, il était temps que nous nous mettions au travail et que nous vous le présentions.

lien boutique : Edwards Audio IA2-R


FABRICATION :

Sa fabrication est à l'anglaise (voir les produits Rega), simple et efficace.
Ses dimensions, boîte à chaussure, lui permettent de ne pas envahir vos meubles et étagères.
Sa face avant en "Plexiglas" procure à cet amplificateur un côté haut de gamme, surtout lorsque vous le mettrez sous tension.
Sa face arrière propose toutes les connexions, 4 entrées ligne, 3 en RCA et une mini-jack 3.5mm, une entrée phono MM en option (+100 euros) et 2 sorties pour enceintes exclusivement avec connecteurs bananes, à l'anglaise. Rien de superflu, que du nécessaire et... c'est bien suffisant pour écouter de la Musique ! 

Caractéristiques principales 
 
    - Puissance de sortie : 65 Watts par canal sur 8 ΩdB
    - Bande passante : 20 Hz à 20 KHz 
    - 1 entrée Phono MM isolée : 47K 120pF
    - 3 entrées Ligne RCA
    - 1 entrée Ligne mini jack 
    - télécommande : oui
    - dimensions : 218 x 87.5 x 325 mm

Musiques écoutées :

 

  1. CD - F. Schubert - Gute Nacht (D. Fischer-Dieskau / J. Demus - DG 1965)
  2. CD - R. Strauss - Also sprach Zarathustra (H. von Karajan - DG 1973)
  3. CD - A. Dvorak - Concerto pour violoncelle (M. Rostropovitch / H. von Karajan - DG 1968)
  4. CD - E. Rava - Un Bel Di Vedremo (Italian Ballads - Venus 1996)
  5. CD - David Johansen and the Harry Smiths - Poor Bay Blues (Chesky JD196)
  6. CD - D. Hyman - I hope Gabriel likes my Music (Swing is here - RR 1996)

J'ai entendu dire que lors de notre précédent test, nous parlions trop Musique et pas assez Technique... Nous allons essayés de corriger le tir mais avouons, cela va nous être bien difficile car pour nous la finalité de tous les produits que nous testons est d'écouter de la musique, des musiques... de découvrir et de partager .
D'ailleurs pour prouver notre bonne volonté, tous les enregistrements CD écoutés pour ce test ont été pris dans le superbe, que disons-nous magnifique coffret "The Originals" édité par la Deutsche Grammophon il y a une année déjà. Complice

 

 

Soit, 50 galettes à déguster sans modération, proposant une synthèse de l’écurie Deutsche Grammophon : dans leurs atours réactualisés, où chaque compact disc est réhabillé comme s’il s’agissait du vinyle d’époque (avec visuel de couverture originale). Les interprétations légendaires s’y bousculent faisant de cette nouvelle somme, un coffret discographique à acquérir ABSOLUMENT.


Attention : cet amplificateur est assez sensible à la phase du secteur... Cela signifie que lorsque la phase est connectée "du bon côté", le son du Edwards Audio IA2-R s'en trouvera comme bonifié. La qualité des graves et des aigus, le relief de l'image stéréo seront directement affectés par cette "phase", et l'impression globale, à l'écoute, sera meilleure.

IMAGE :

L'image audio reproduite par un élément Haute-Fidélité dépend principalement de deux facteurs : le premier, sa capacité à préserver la phase du signal audio (beaucoup plus d'informations ici), le deuxième à reproduire une bande passante large et précise dans le bas du spectre sonore principalement ; meilleures seront les fondations d'un édifice, plus grande sera sa stabilité. Pour savoir si votre système audio respecte correctement la phase du signal audio un test simple est facile à réaliser ; prenez un enregistrement mono de la fin des années 50, début années 60, dégustez le et vous remarquerez que vous aurez l'impression que le son n'est émis que d'un seul point dans l'espace situé pile face à vous (si vous êtes parfaitement bien installé à l'intérieur de la pointe du très fameux triangle équilatéral).
Rien de tel pour tester ce respect de la phase audio que d'écouter une voix/piano. Une voix de baryton est idéale car son spectre sonore s'étendra du grave au haut medium/aigü pour les harmoniques, c'est à dire passera entre les deux ou trois voix de vos enceintes acoustiques, un bon défi, et pour le respect de la phase, et pour le respect des timbres (couleurs).
La version du cycle de leader Winterreise de F. Schubert interprétée par D. Fischer-Dieskau (baryton) et J. Demus (piano) est techniquement et artistiquement une Référence. L'amplificateur Edwards Audio IA2-R est particulièrement à l'aise sur ce type de musique, le baryton est bien au centre des deux enceintes, son placement est assez stable et le piano se situe, avec une très belle présence, derrière l'artiste. La pari est gagné, pour un amplificateur dans cette gamme de prix, il est assez rare d'entendre un tel résultat, pour vous en persuader, tester quelques références du marché et vous serez surpris...

 

Tester la bande passante d'un système audio cela devient un brin plus compliqué. La meilleure solution, à notre avis, c'est d'écouter un enregistrement bien réalisé d'une oeuvre du XXéme siècle pour grand orchestre : une symphonie de Mahler, de Shostakovitch ou une musique de film (J. Williams, H. Zimer, J. Horner...) par exemple. Ici nous écouterons une oeuvre rendue ô combien célèbre par le cinéma, un poème symphonique composé en 1896 par le munichois Richard Strauss, Also Sprach Zarathustra. La version que nous en offre H. von Karajan, à la tête de l'Orchestre Philharmonique de Berlin, certainement le plus beau son du monde, démontre les capacités et les limites de notre amplificateur. L'amplificateur Edwards Audio IA2-R, propose une bande passante légèrement atténuée aux deux extrémités du spectre, atténuation plutôt moins importantes que certains concurrents. est-ce un point négatif ? Oui et... Non. Un tel amplificateur est dédié à des enceintes qui sont incapables de reproduire correctement une fréquence grave de 35 Hz et encore moins une fréquence à plus 16 kHz. Donc cette limite est même bien venue car quelle est l'utilité d'exciter des haut-parleurs dans des fréquences qu'ils maîtrisent mal ?


Globalement l'image construite par l'amplificateur Edwards Audio IA2-R est plus profonde que large ce qui nous déroute un peu car c'est bien la première fois que nous rencontrons ce phénomène.

 

TIMBRES :

Donner un avis sur la qualité des timbres, des couleurs (instruments et voix) reproduits par un élément Haute-Fidélité est très compliqué car, ici, nous faisons appel à la mémoire, à l'expérience de l'auditeur. L'exemple de l'instrument appelé trompette nous semble être bon pour essayer de comprendre l'intérêt de ce test. Combien de fois nous est-il arrivé d'écouter des systèmes dits Haute Fidélité, même très onéreux, sur lesquels la trompette, instrument appartenant à la famille des cuivres, sonne comme une trompette d'enfant en plastique. Bien souvent ce phénomène est du au matériaux employés pour fabriquer les haut-parleurs des enceintes mais, d'expérience, nous savons également, que de nombreuses électroniques "détimbrent" les instruments ou plutôt imposent une coloration à la musique écoutée. Si nous faisons l'acquisition d'un système Haute-Fidélité, est-ce pour subir un type de coloration infligé à toutes les musiques que nous écoutons ? Nous avons la modestie de penser qu'un système Haute-Fidélité doit s'effacer devant la musique et être le plus neutre possible... malheureusement nous sommes à contre courant des mouvement actuels qui préconisent des écoutes très typées : Devialet, Leedh, Accuphase, Rega, 95% des électroniques à tubes, etc. 
La méthode que nous préférons pour analyser la qualité des timbres reproduits par un élément Hi-Fi est d'écouter de la musique acoustique, une oeuvre symphonique avec de nombreuses interventions de solistes nous paraît très intéressante.

A l'audition du concerto pour violoncelle de A. Dvorak interprété par les Berliner Philharmoniker dirigés par H. von Karajan, et M. Rotropovitch au violoncelle, remarquons, en passant comme cela sans en avoir l'air, la pâte sonore exceptionnelle de l'orchestre allemand en cette année de 1968, nous sommes plutôt agréablement surpris par l'amplificateur intégré stéréo Edwards Audio IA2-R. Pour un amplificateur à moins de 1.000 euros, la Bête s'en sort bien, les instruments de l'orchestre paraissent vrais et sont définis... c'est déjà pas mal. Certes le haut du spectre sonore aurait demandé un peu plus de subtilité, le grave un peu plus de précision, mais l'ensemble mérite la moyenne, toute gamme d'amplificateur confondu.

Comme nous avons du déjà l'écrire lors de précédents tests, E. Rava est l'un de nos trompettistes actuels préférés. Sa trompette fleure bon la Méditerranée, chaude et langoureuse... Estate ! Sa reprise, sa réinterprétation "jazz" d'un "tube" tiré de l'opéra Madame Butterfly de G. Puccini est très intéressante pour qui veut tester les "couleurs" de son système audio. Reconnaissons à l'amplificateur Edwards Audio IA2-R une très belle reproduction de la guitare acoustique de R. Cecchetto qui nous gratifie d'un beau solo sur ce titre. La trompette de E. Rava est bien reproduite même si, dans le haut du spectre, nous eussions souhaité un peu plus d'harmoniques et surtout une dynamique un peu plus accentuée.

Globalement l'amplificateur Edwards Audio IA2-R ne dénature pas les timbres, les couleurs des différents instruments de musique et c'est déjà bien. Lors de nos écoutes nous avons remarqué que cet amplificateur, dans le registre medium, appliquait un très léger effet "ton chaud", effet qui n'était pas désagréable Sourire 
Par rapport à la concurrence : Atoll, Rotel, Marantz, Rega, Creek... Il s'en sort avec les éloges. 

DYNAMIQUE :

La dynamique : que serez la musique sans le rythme ? Voilà ce que nous allons essayer d'éprouver à l'écoute d'un élément Haute Fidélité ; sa capacité à respecter le rythme, c'est à dire principalement sa capacité à gérer les écarts micro-dynamiques. Cela peut sembler abscons mais en finalité cela est très simple. De nombreux systèmes Haute Fidélité lissent, simplifient la musique, ils soustraient une grande partie du relief musical... Voilà c'est la dynamique qui disparaît. D'autres, par contre, souvent des amplificateurs à Lampes en rajoutent mais cela nous paraît moins catastrophiques...
Comment tester cette dynamique ? Avec des pressages CD récents cela devient très difficiles car tous sont compressés, la dynamique est atténuée afin de facilité l'écoute, nous avons l'impression d'entendre de nombreuses informations mais en réalité tous les sons, nous exagérons un peu mais à peine, sont au même niveau sonore. Cela est très pratique lors d'écoutes en milieu bruyant (voiture par exemple) ou via des systèmes sonores entrées de gamme (mini chaines, systèmes multiroom...) mais cela devient insupportable en écoute Haute-Fidélité. Que cela soit dit !
Certains label discographique s'honorent, et ils ont bien raison, de proposer des enregistrements naturels, non retouchés. C'est eux que vous devez privilégier pour ce type de test : Chesky records, Challenge Records, Reference Recording, Stockfish Records, 2L, Exton et bien d'autres maisons de disque travaillent biens... A vous de choisir. 

Dans le Blue traditionnel de David Johansen and the Harry Smiths enregistré par l'équipe Chesky en 2000, la dynamique de chaque instrument et de la voix masculine sont bien respectées lorsque nous l'écoutons au travers l'amplificateur Edwards Audio IA2-R. Notre élément audio anglais se sort bien de ce test, à aucun moment il ne tasse la dynamique. Les moindres nuances des percussions, les belles attaques sur les cordes de la contrebasse sont retranscrites avec véracité. Certes sa puissance est limitée mais à écoute domestique tout se déroule ma foi plutôt bien.

Reference Recordings est un label californien basé à San Francisco qui propose des enregistrements de grande qualité. Pas d'esbroufe mais la vérité, tel pourrait être leur slogan. Dans cet enregistrement où Dick Hyman (piano) est accompagné de 6 superbes musiciens "old school" dont K. Peplowski à la clarinette, nous succombons à la richesse des timbres et à la dynamique des instruments entendus. Un peu d'enthousiasme ne fait jamais de mal. Sur un système audio plus haut de gamme, l'écoute d'un tel enregistrement possède un nous-ne-savons-quoi qui vous transporte ailleurs. Mais, là, avec l'amplificateur Edwards Audio IA2-R s'est franchement déjà bien !


RAPPORT QUALITE/PRIX :

Les quelques limites que nous avons ressenties lors de nos écoutes sont assez logiques pour un amplificateur intégré stéréo de cette gamme de prix, elles ne sont pas rédhibitoires pour qui veut se faire plaisir à écouter de la musique.
Nous avons comparé le Edwards Audio IA2-R à quelques leader du marché et, il n'a pas de quoi rougir. Ils sont très, trop rares les amplificateurs entrée/moyen gamme capables de reproduire la musique dans de telles conditions qualitatives. Naturellement, et nous ne vous mentirons pas, cet amplificateur, comme tous les amplificateurs à moins de 1.500 euros est plus apte à reproduire les petits ensembles orchestraux, les musiques modernes que de grands ensembles symphoniques. Pour qui est amoureux des musiques jazz, des musiques baroques alors le Edwards Audio IA2-R est une belle acquisition (les musiques commerciales modernes passeront aussi sans aucune difficulté sur ce type de produit, mais là nous écrasons des évidences). 
Les résultats sonores obtenus en compagnie des enceintes de la marque Xavian série Neox sont d'un grand intérêt, attention de ne pas relier cet amplificateur à des enceintes qui auraient tendance à être "sèches" et à trop exposer le haut du spectre sonore.


Les "Pros and Cons"  : 

     + le design,
     + sa conception orientée "tout pour la musique",
     - en option l'entrée vinyle MM qui devrait être de série, 
     - sinon rien,
     
 Le Système d'écoute :

Amplificateur : Edwards Audio IA2-R  
Sources : Leema Elements CD
Enceintes : Xavian Neox 2
Câbles de modulation : Studio Connections Monitor Plus
Câbles HP : Studio Connections Reference Plus
Cable secteur : Studio Connections Power Carbon SE


Les Notes  :
 
Fabrication : 13/20
Image : 13/20
Timbres : 12/20
Dynamique : 14/20
Transparence : 14/20 
Qualité/Prix : 16/20
 

 Les propos et les avis énoncés dans ce test n'engagent que l'auteur de ce test et en rien la société Opus 51

jeudi, 27 août 2015 11:23

Yamaha: le multiroom... enfin

Évaluer cet élément
(7 Votes)
Le multiroom chez Yamaha portera le doux nom de MusicCast...

"Lorsque vous arrivez aux carrefours cruciaux de votre vie et devez anticiper vos futures directions, la musique est toujours là―vous attirant doucement tout près d'elle.Tout prend une couleur vive, et l'expérience entière reste gravée dans votre coeur grâce à la musique.La musique vous parle doucement et sans aucune pause, elle transforme instantanément l'atmosphère.
Avant même que des expressions comme « réseau audio » existent, Yamaha était déjà à la pointe des systèmes de musique sans fil. Maintenant, tout renaît avec un nouveau concept extrêmement abouti.- MusicCast -
Votre imagination s'agite, attisée par le son qui vient jusqu'à vous.Une toute nouvelle histoire entre vous et la musique commence aujourd'hui."

A découvrir, prochainement chez Opus 51, Le Revendeur Haute Fidélité en Champagne !
jeudi, 20 août 2015 09:43

Leema Elements DAC : le test

Évaluer cet élément
(24 Votes)

Ne revenons pas sur l'historique de la société Leema créée au Pays de Galle en 1998 par deux ingénieurs de la BBC Lee Taylor et Mallory Nicholls.

Le Convertisseur (DAC) préamplificateur testé ici est issu de la gamme Elements et vient compléter un lecteur CD, un amplificateur intégré stéréo, un bloc de puissance stéréo, un préamplificateur analogique et un superbe préphono MM et MC.


FABRICATION :

Ce test va nous permettre, vous permettre de découvrir le savoir faire "numérique" de la firme galloise. Ce DAC/préamplificateur se présente sous un un format inhabituel de 21,7 cm de large contre 43 cm pour le format standard, le châssis est rigide, la face avant est réalisée en aluminium de forte épaisseur. Le DAC Elements est disponible en finition noire ou argent-blanc du plus bel effet. Une fois en main les produits Leema Elements inspirent confiances.

Le Leema Elements DAC a la particularité d'être non seulement un DAC haut de gamme mais également un préamplificateur muni d'entrées numériques et de deux entrées analogiques. Autre fonctionnalité très intéressante, le Elements DAC se transforme en un superbe amplificateur pour casque audio.
Dans ce test il sera utilisé comme DAC à sortie fixe et les "données" musicales lui seront desservies soit par la platine CD/SACD Haut de Gamme Yamaha CD-S3000, soit par un PC équipé du logiciel JRiver que nous vous conseillons vivement si vous êtes adeptes des écoutes de musiques dématérialisées..


Caractéristiques principales 

DAC: Quattro 24bit/192kHz with multiple CS 4351 converters and Wolfson WM8805 low jitter receiver. Leema USB-M1 24/192 Module

Bande passante : 20Hz to 20kHz (+/- 0.25dB)
Distortion : inférieur à 0.001% (@ 1kHz)
THD : 0.005% (@ 0dBFs)
Jitter : moins de 50ps (@ 1kHz)

Sorties disponibles (niveau fixe ou variable) :
     - 1 x RCA stéréo
     - 1 x XLR stéréo

Entrées disponibles :
     - 1 x RCA stéréo (analogique)
     - 1 x mini jack 3.5 mm en façade (analogique)

Entrées numériques :
     - 3 x S/PDIF Coaxiale
     - 3 x S/PDIF Opticale
     - 1 x USB asynchrone

Sortie casque (3.5mm jack): 1

Télécommande : oui


Musiques écoutées :

  1. CD - M. Moussorgsky - Berceuse (Vishnevskaya - Rostropovich / Mercury 1962/2014)
  2. CD - Arvo Pärt - Passio (Passio - ECM 1988)
  3. HD - Marillion - Gaza (Sounds That Can't Be Made - Ear Music 2012)
  4. HD - Count Basie - Oh, Lady be Good! (Count Basie and the Kansas City 7 -Impulse 1962/2010)
  5. HD - H. Berlioz - Marche au supplice  (Symphonie Fantastique (Eugene Goossens - Everest 1959/2006)
  6. CD - Schubert - La Truite "Andantino" (Alvarez Quartet-B Furtok - Tacet 2001)


IMAGE :

Le compositeur estonien Arvo Pärt né en 1935 est associé au mouvement musical nommé Minimaliste, mais cela est certainement une  grossière erreur. Il n'existe aucun rapport entre les musiques de S. Reich, P. Glass ou J. Adams et celles très européennes de Arvo Pârt. Après un passage chez les sérialistes (Stockhausen, Nono, Boulez...), en 1968 le compositeur, natif de Paide, étudiera le plain-chant grégorien et les compositeurs médiévaux français et flamands (Guillaume de Machaut, Josquin des Prés...) et c'est en 1979 qu'il composera ses oeuvres les plus connues : Fatres et Tabula Rasa. A cette époque le compositeur expliquera sa manière de composer de la musique : « Je travaille avec très peu d'éléments - une ou deux voix seulement. Je construis à partir d'un matériau primitif - avec l'accord parfait, avec une tonalité spécifique. Les trois notes d'un accord parfait sont comme des cloches. C'est la raison pour laquelle je l'ai appelé tintinnabulation ».
Son oeuvre, pour nous l'une de ses plus abouties, la Passio Domini nostri Jesu Christi secundum Joannem, plus souvent appelée Passio, est basée sur la Passion du Christ selon l'Évangile de Jean pour solistes, chœur et orchestre. Sa composition s'achève en 1982. Le CD ECM que nous dégustons grâce au DAC Leema Elements est sa première trace enregistrée. Les 6 chanteurs solistes, le choeur et le petit ensemble instrumental (violon, hautbois, violoncelle, basson et orgue) prennent place dans un espace très bien défini avec la réverbération attendue d'une vaste église telle la Saint Jude on the Hill de Londres, endroit où se réalisa cet enregistrement. La précision dont fait preuve le Leema Elements DAC est bluffante, quelque soit les masses sonores reproduites tous les plans restent clairs et lisibles, la voix de basse de "Jésus" est de toute beauté et les graves produits par les grandes orgues de l'église sont abyssaux mais ne viennent jamais envahir, noyer les autres parties.

Changement radical de style avec Marillion, groupe anglais rattaché au courant musical Rock-Progressif (King Crimson, Genesis, Yes, Pink Floyd...). Leur premier album est arrivé sur le marché en 1983 alors avec comme chanteur Fish et le dernier en date nous a été livré en 2012. "Sounds That Can't Be Made" constitue le 17° album du groupe, avec comme chanteur Steve Hogarth qui a remplacé le chanteur initial en 1988. Le disque recueille dès sa sortie des critiques élogieuses, y compris auprès de la presse musicale grand public pourtant prompte par le passé à descendre le groupe, et même dans certains médias généralistes comme le Huffingtonpost, The Guardian voire en France Paris Match. La composition "Gaza" très controversée du fait des paroles où Steve Hogarth se met dans la peau d’un petit gazaoui pour dire son désespoir, souvenez-vous des bombardements de Gaza en 2012 ! Ici le groupe joue une musique d'une rare violence intérieure, d'une colère noire retenue à la production pratiquement parfaite, pour ce type de musique. L'image, construite en studio semble idéalement mise en valeur, dans cette version Haute Définition 24/96, par le Leema DAC Elements. Le chanteur se détache au milieu de la scène avec une très grande stabilité, les effets spéciaux, assez nombreux, envahissent le salon d'écoute et chaque instrument possède son propre espace. Les lignes musicales restent très lisibles malgré, par moment, un discours et une production complexe. 


TIMBRES :

L'histoire de la Musique, de Modest Moussorgsky, a retenu trois oeuvres principales qui sont son poème symphonique Une Nuit sur le Mont Chauve, sa suite pour piano orchestrée par Maurice Ravel Les Tableaux d'une Exposition et son opéra Boris Godounov. Nous vous conseillons, vivement, de jeter une oreille à son cycle de mélodies Chants et danses de la mort d'où est tirée la berceuse qui nous sert de référence pour ce test. "Une mère berce son bébé malade, qui gémit. La Mort apparaît, déguisée en nourrice, et berce le bébé qui s'endort d'un sommeil éternel" ; le couple Rotropovitch nous offre une interprétation poignante et d'une tristesse profonde. Contre toute attente, dans cet enregistrement Mercury Living Presence de 1961 le grand violoncelliste est devant le clavier d'un Grand Piano de concert. Tout commence par quelques accords de la main gauche plaqués avec retenue où nous apprécions le grave et la tenue des notes que distille le Leema Elements DAC. Cette même écoute via le DAC de notre lecteur Yamaha CD-S3000 procure un piano moux et dont le grave manque de consistance, quelle différence de musicalité entre ces deux appareils ! Cette grande différence va également se faire ressentir sur les subtiles variations que la soprano russe Galina Vishnevskaya proposent dans sa magnifique interprétation, les écarts de dynamique, à l'écoute du Leema Elements DAC nous font croire à la présence des artistes dans notre salon, la moindre nuance est retranscrite avec bonheur.

Rien ne sert de présenter ce grand homme de la musique du XXéme siècle qu'était Count Basie de son vrai patronyme Wiliam Basie ayant quitté définitivement la scène en 1984 après 79 ans de bons et loyaux services. Son surnom de "machine a swing" n'a jamais été usurpé. En 1962, il enregistre pour la label Impulse, en petite formation, le magnifique album Count Basie and the Kansas City 7 d'où, pour notre test, nous retiendrons le grand classique des frères Gershwin Oh, lady be Good!. Entouré de 7 musiciens d'exception cet enregistrement des studios van Gelder, quelle référence ! nous délivre un Count Basie en grande forme. Ce master HD en 24/88,2, tiré du SACD, impressionne par son naturel, tout commence avec un solo magistral du "Count" sur la voix gauche au swing impressionnant ; son touché au piano dans les notes aiguës est sans pareil. Déjà le corps vibre et dès l'introduction de la section rythmique, batterie, guitare, contrebasse, sur la voix de droite il nous est impossible de ne pas battre le tempo. Toutes les qualités musicales du Leema Elements DAC apparaissent dès le solo du saxophoniste Frank Foster, voix de gauche du système Haute Fidélité, le son de l'instrument paraît vrai, rien ne s'interpose entre l'auditeur que nous sommes et le musicien qui dans un studio new-yorkais, il y a maintenant 53 ans, distribuait avec grâce ces quelques notes magiques de musique. Alors le trompettiste That Jones prend la relève, le bonheur s'amplifie... Quel son ! 

DYNAMIQUE :

Hector Berlioz est le compositeur Romantique français. En 1830, six ans après la composition par Beethoven de sa 9éme symphonie, il va établir les jalons de ce que devrait devenir la Symphonie musicale. Il crée, en quelque sorte, la musique descriptive. Reconnu comme un Grand maître, et cela de son vivant, dans l'art de l'orchestration musical il déploie tout son savoir et son génie dès cette première grande composition qu'est la Symphonie Fantastique. "Dans cette oeuvre Le traitement expressif de l'orchestre est sans précédent. La musique exprime alternativement la beauté (au début), l'élégance (de la scène de bal), le pastoral (les champs), les ténèbres (l'échafaud), le démoniaque (le sabbat) ; une révolution dans l'art de l'orchestration : les anciens recherchaient une musique claire et distincte et utilisaient pour cela la sonorité native des instruments, mais Berlioz ordonnait à l'orchestre de murmurer, de chanter, de crier et même de hurler". Pour ce test nous nous contenterons de la partie Démoniaque "Marche au Supplice". L'interprétation qu'en donna en 1959 Sir Eugen Goossens n'est pas une Référence, l'orchestre Londonien et le chef sont incapables d'insuffler de la vie, de l'énergie, de la folie à leur interprétation et même la fanfare (1'39-) résonne indolemment, sans la moindre précision rythmique. Mais, parce qu'il y a un mais, l'enregistrement est somptueux de réalisme tant dans l'image réellement holographique que dans les timbres reproduits. Cette version parue en septembre 1959 bénéficiait de la stéréo et d'une captation à trois micros sur bande 35 mm, assurant une définition et un relief sonores qui fondent aujourd'hui encore l'orgueil du label Everest et justifie cette nouvelle réédition remasterisée en Haute Définition 24/192. Le Leema Elements DAC nous étonne, nous subjugue, par ce qui est sans doute son point fort, son rendu dynamique. Aucun tassement, aucune compression ne sont remarqués. Vous en voulez, vous en aurez, telle est sa définition. Sur cet enregistrement à la dynamique exacerbée, réelle en quelque sorte, comme dans une salle de concert, du pianississimo ou fortississimo, toutes les nuances dynamiques nous sont parfaitement offertes, le bruit de fond est repoussé très loin et malgré un volume sonore élevé aucune limite n'est ressentie.


RAPPORT QUALITE/PRIX :

Si vous avez lu, dans son entièreté, ce test, et nous louons votre courage, vous avez compris que nous avons apprécié ce Leema Elements DAC. C'est peut être la première fois que l'apport d'un DAC, à moins de 3.000 euros, apporte vraiment un gros plus, lors de nos écoutes, par rapport à un lecteur de CD moyen/haut de gamme (Marantz SA14s1, Rega Saturn-R, Yamaha CD-S2100. Roksan Caspian M2, Leema Elements CD...). Comme tous les produits Leema que nous connaissons, ce qui frappe dès les premières notes, les premiers accords, lors de nos longues heures de plaisirs musicaux en compagnie de DAC Elements, ce sont et, sa neutralité et, sa dynamique... Galvaudons, galvaudons ! Un voile s'est levé devant notre système Haute-Fidélité Complice
Autre grand étonnement, les écoutes de musiques dématérialisées en Haute Définition, sont de toute beauté, dynamiques, vivantes, précises et fluides.
Vous possédez déjà un lecteur de CD entrée/moyen de gamme d'une valeur dans une fourchette allant de 500 à 3500 euros, il a déjà quelques années, vous voulez l'"upgrader", y ajouter des fonctions comme une entrée USB par exemple, le Leema Elements DAC est fait pour vous. Allez le découvrir en magasin, vous serez bluffé !


Les "Pros and Cons"  : 

     + les fonctionnalités (DAC, préampli, ampli casque),
     + neutralité, dynamique, musicalité,
     + net apport lors de la lecture de musiques Haute Définition, 
     - rien à ce prix !
     
 Le Système d'écoute :

Amplificateur : Leema Tucana II
Sources : Leema Elements DAC - Yamaha CD S3000 
Enceintes : Xavian Carisma
Câbles de modulation : Studio Connections Reference Plus XLR
Câbles HP : Bleck Rhodium Isis
Cable secteur : Studio Connections Power Carbon SE


Les Notes  :
 
Fabrication : 14/20
Image : 15/20
Timbres : 16/20
Dynamique : 17/20
Transparence : 16/20 
Qualité/Prix : 18/20
 

Les propos et les avis énoncés dans ce test n'engagent que l'auteur de ce test et en rien la société Opus 51

mardi, 18 août 2015 10:31

HEOS : Prix EISA 2015-2016

Évaluer cet élément
(4 Votes)

HEOS élu “Meilleur Système Multi-room 2015-2016” par EISA !

« HEOS by Denon ou la solution complète pour un système audio domestique polyvalent. »

lien boutique : HEOS by DENON

vendredi, 14 août 2015 11:27

Sounddeco Alpha M2 : le test

Évaluer cet élément
(15 Votes)
Sounddeco est une entreprise polonaise appartenant au fabricant, spécialiste du meuble en bois Witowa. Depuis plusieurs années Witowa fabrique des ébénisteries pour de nombreux concepteurs d'enceintes acoustiques. Au fil du temps et des rencontres, une question essentielle pour le développement de la l'entreprise s'imposa : pourquoi ne pas s'associer à des ingénieurs électro-acousticiens et des designers afin de créer et de commercialiser ses propres produits acoustiques ?
Ainsi fut fait, et la marque Sounddeco, en 2010, vit le jour.


FABRICATION :

Les Sounddeco Alpha M2 sont des enceintes compactes de type close (sans évent, ni à l'arrière, ni à l'avant, ni sous le dessous). Elles sont équipées de deux haut parleurs conçus par la société danoise SB Acoustics, bien connue des audiophiles. Nous trouvons en action au sein d'une très belle ébénisterie pour la reproduction des graves et medium, un haut parleur de 17 cm (15 cm effectifs) en fibres naturelles (papier) et châssis très rigide en aluminum et, pour la reproduction des aiguës, un haut parleur de 2,9 cm en fibres naturelles.


Sur l'arrière des enceintes, au bas d'un belle plaque en aluminium, est implanté un simple bornier de très bonne facture acceptant les bananes et les fourches haut de gamme ou tout simplement le
 câble nu.
Du fait de leur type close, leur placement dans la salle d'écoute ne présente pas de difficulté, les murs arrières ne les effraient guère mais si vous souhaitez en obtenir le maximum, 40 à 50 cm d'éloignement par rapport à celui-ci ne seront pas de trop.

Nous vous conseillons, comme pour toutes les enceintes compactes de qualité, d'installer les Sounddeco Alpha M2 sur des pieds lourds et rigides, pour ce test nous avons utilisé les très bons supports Rogoz Audio 1SB100. Fuyez les pieds trop légers et/ou peu stables qui auront tendance à vibrer et à absorber une part non négligeable de l'énergie produite par les enceintes.
 
Si la bande passante annoncée et subjective est étendue, le rendement déclaré par le fabricant de 86 db peut effrayer. Et pourtant, un amplificateur fonctionnant en Classe AB de 2x50 w. sous 8 ohms sera largement suffisant pour "sonoriser" une pièce de 25 à 30 m². Pour exemple un amplificateur Rega Brio-R peut les faire chanter à merveille...

Caractéristiques principales 

Puissance admissible : 80W
Haut parleurs :
     - 1 x 17 cm SB Acoustics (fibres naturelles)
     - 1 x 2,9 mm SB Acoustics
Bande passante : 49Hz - 28kHz @ +/-2.5dB
Sensibilité (rendement) : 86 dB @ 1W @ 1m 
Impédance : 8 Ohm
Dimensions (H, L, P.) : 370 x 190 x 310 mm
Poids : 9 kg pièce.


Musiques écoutées :

  1. CD - G. Mahler - Symphonie "Titan" (E. Leinsdorf - Decca 1971/2014)
  2. CD - Julie London - Black Coffee (Around Midnight - Capitol 1960/2009)
  3. CD - Blossom Dearie - Tea for Two (Once Upon a Summertime - Verve 1958/2010)
  4. LP - E. Grieg - Peer Gynt (Oivin Fjeldstad - Decca SXL2012 1958)
  5. LP - Youn Sun Nah - Enter Sandman  (Same Girl - ACT 2010)
  6. LP - G. Verdi - Otello ; Ave Maria (L. Price / Z. Mehta - Decca 1982)

IMAGE :

Qui n'a jamais entendu Julie London chanter, susurrer Black Coffee ne connaît pas l'extase musicale Complice 
Sa voix sensuelle et grave, rendue à merveille par les Sounddeco Alpha M2 vous transporte ailleurs. La blonde californienne est présente, là juste au devant de nous, debout, peut être sise sur un tabouret haut, au milieu de notre salon, entre les deux enceintes, choyée d'un écrin de cuivres. L'image construite par le système audio semble véridique et nous abandonne à nos émotions.
Pour demeurer au sein de l'univers des chanteuses depuis longtemps délaissées, écoutons certainement l'une des plus belles versions de la chanson Tea for two. Loin de la démonstration de Ella Fitzgerald accompagnée de l'orchestre de Count Basie, Blossom Dearie propose une interprétation toute en finesse et subtilité s'accompagnant de quelques accords distillés par son piano. Le quartet (piano, basse, guitare, batterie) prend possession de notre "auditorium" et le système audio disparaît afin de laisser vivre la musique, chaque musicien par de très discrètes interventions construit un univers attachant et passionnant.
Les Sounddeco Alpha M2 sur tous les enregistrements écoutés s'attachent à construire une image sonore réaliste et stable digne des plus belles réalisations du marché dans une gamme de prix inférieur à 2500 euros (les deux enceintes).
 
TIMBRES :

L'interprétation que propose E. Leinsdorf pour DECCA Phase 4 en 1972 à la tête du Royal Philharmonic Orchestra de la Première Symphonie de Gustav Mahler  n'est pas une référence et ne restera certainement pas dans l'histoire de la Musique. Mais l'enregistrement qu'en propose DECCA et sa technologie Phase 4 est stupéfiant. La Symphonie prend un relief régénéré où tous les pupitres sont quasiment traités à égalité, avec une précision et une définition accrues. Un spectre détaillé qui n’existe pas pour l’auditeur dans une salle de concert : une démonstration de clarté qui présente toutes les ressources de l’orchestre, ses facettes combinées, comme un acte de pédagogie instrumentale. Les enceintes compactes Sounddeco Alpha M2 révèlent ici une transparence rarement rencontrée dans ce type de produit, les vents et les bois sonnent avec vérité et nous prenons un grand plaisir au voyage que nous conte le grand compositeur autrichien. Autre exemple de plaisir audiophile, l'écoute de la marche funèbre du troisième mouvement et de la fanfare décrite par Mahler, les cuivres sont somptueux de réalisme, un vrai bonheur inimaginable pour un mélomane ayant si peu investi (même si des enceintes à plus de 1200 euros restent un vrai investissement).

DYNAMIQUE :

Nous vous souhaitons d'avoir la chance et le bonheur d'écouter un jour cette version de Peer Gynt enregistrée en 1958 par le chef norvégien, né en 1903, Oivin Fjeldstad à la tête de la superbe phalange The London Symphony Orchestra dans le pressage vinyle anglais DECCA SXL 2012. La dynamique y est remarquable et les Sounddeco Alpha M2 sonnent comme de grandes enceintes sans imposer aucun tassement au rendu musical. Les envolées orchestrale se déploient avec aisance, les crescendo montent en puissance sans limite, les micro-informations souvent noyées surgissent de toute part, l'orchestre flamboie de mille étincelles, un feux d'artifice en ce 17 août ! Certes nous savons que les graves pourraient être un peu plus consistant mais n'oublions pas que nous écoutons des enceintes compactes à moins de 1500 euros la paire...

La reprise déjantée du titre Enter Sandman du groupe Métallica par la chanteuse/musicienne coréenne Youn Sun Nah impressionne. Ce voix-guitare, quel musicien que Ulf Wakenius, retient toute notre attention et, pour les qualités de timbres de la guitare, des cordes nylons basses de toute beauté et, pour la dynamique de la voix retranscrite avec naturelle par notre système Haute Fidélité.

TRANSPARENCE :

Clôturons ces écoutes avec l'une des plus belles plages lyriques composée par G. Verdi pour son chef d'oeuvre Otello, la chanson du Saule, admirablement chantée par la soprano américaine Leontyne Price. Que ce soit l'orchestre, que ce soit la voix, les Sounddeco Alpha M2 ne sont jamais à la peine et de par leur neutralité, leur dynamisme et, donc de par leur transparence nous profitons pleinement des émotions musicales.
Cette transparence se confirme lorsque nous écoutons ces enceintes connectées à d'autres électroniques. A chaque changement d'amplificateur, les écoutes deviennent très différentes et les signatures sonores des différents éléments sont retranscrites avec précision. Nous avons obtenus de très beaux résultats sonore avec une écoute un peu mois précise mais chaleureuse en associant aux Sounddeco Alpha M2 l'amplificateur anglais Edwards Audio IA2

RAPPORT QUALITE/PRIX :

Après 5 jours d'écoutes intensives, nous pouvons affirmer que ces enceintes compactes sont, dans leur gamme, certainement ce que nous avons entendu de plus neutre et dynamique. Vivre avec ces transducteurs acoustiques ne nous poserez aucune difficulté. Nous aurions un vrai plaisir à écouter toute sorte de musique mais, de grâce, octroyez-nous de bonnes électroniques Sourire

Les "Pros and Cons"  : 

     + en version laquée, la finition de toute beauté,
     + la qualité de fabrication, haut parleurs, connecteurs,
     + la neutralité, la transparence et la musicalité de ces enceintes
      - rien à ce prix,
     
 
Le Système d'écoute :

Amplificateur : Leema Elements Amplifier
Sources : Leema Elements CD
Enceintes : Sounddeco Alpha M2
Câble de modulation : Studio Connections Reference +
Câbles HP : Studio Connections Reference +
Cable secteur : Studio Connections Power Carbon SE (ampli, sources)
 

Les Notes  :
 
Fabrication : 15/20
Image : 15/20
Timbres : 14/20
Dynamique : 15/20
Transparence : 15/20 
Qualité/Prix : 18/20
 

 Les propos et les avis énoncés dans ce test n'engagent que l'auteur de ce test et en rien la société Opus 51

mercredi, 12 août 2015 09:25

Rega Elicit-R : le test

Évaluer cet élément
(32 Votes)

Pourquoi effectuer en ce mois d'août 2015 le test d'un produit mis sur le marché fin 2013 ?
Parce-que certains mélomanes nous réclament ce test ? Parce-que tout produit Rega mérite un test ? Parce-que l'amplificateur Elicit-R est devenu une référence dans sa gamme ?
Toutes ces raisons sont bonnes mais aucune ne justifie de passer, durant nos congés annuels plus de 8 heures sur cet amplificateur stéréo qui certes propose une écoute correcte mais qui est loin d'être exceptionnelle. La vraie raison est d'avoir une bonne excuse pour écouter de la musique, beaucoup de musique ? Complice

FABRICATION :

L'amplificateur Rega Elicit-R délivre 2x105 Watts de puissance sous 8 Ohms et possède de nombreuses entrées analogiques, dont une entrée Phono MM. Il combine des circuits de puissance similaires à ceux implantés sur l'ampli Rega Brio-R et des entrées Ligne issue de l'Elicit II. Le contrôle de volume est assuré par un circuit intégré composé de 1024 résistances. Elles seules interviennent dans le circuit audio. L'étage de sortie en classe A fait intervenir des transistors Darlington SANKEN.
Côté connectique, le Rega Elicit-R mise tout sur l'analogique et est équipé de ; une entrée phono MM, quatre entrées ligne de niveau d'entrée standard (pour lecteur CD, tuner, DAC, Blu-ray, etc.), une entrée/sortie ligne dédiée à l'enregistrement (Record Input/Output) et une sortie Record Output Link (niveau fixe) parallèle à la sortie tape qui peut être utilisée pour alimenter un ampli casque, par exemple. Enfin, l'entrée directe permet de connecter par exemple la sortie Pre-Out des canaux avant gauche et droit d'un ampli home-cinéma ou les sorties pré-amplifiées gauche et droite d'un pré-ampli stéréo, pour bénéficier de l'ampli de puissance du Rega. Quant à la sortie Pre-Out, elle permet au choix de connecter un caisson de basses ou un ampli de puissance externe.
En façade, l'ampli Rega Elicit-R présente un bouton de mise sous tension, un sélecteur de source, un potentiomètre de volume ainsi que les commutateurs des fonctions Record, Direct et Mute. Le réglage du volume fonctionne par incréments de 1dB, avec une course totale de 80dB. L'affichage du niveau de volume sonore est assuré par une vingtaine de diodes rouges placées autour du potentiomètre, chaque diode représentant 4 dB. L'ampli Rega Elicit-R est pilotable avec la télécommande Rega Solaris, compatible également avec d'autres appareils Rega. 

Caractéristiques principales 

    - Puissance de sortie : 105 Watts par canal sur 8 ΩdB
    - Sensibilité d'entrée : 
         + Entrées ligne (entrée 1 en mode ligne) 1-5 et record : 196 mV impédance 10 K
         + Phono (entrée 1 en mode phono) : 2 mV Impédance 47 K en parallèle avec 100 pF
    - Bande passante à 80 Watts sur 8 Ω :
         + Entrées ligne : 10 Hz (-0,9 dB) à 85 KHz (-3 dB)
         + Entrée phono : 18 Hz à 85 KHz (-3 dB) / Conformité courbe RIAA : supérieure à +/-0,5 dB 100 Hz à 20 KHz.
    - 1 entrée Phono MM isolée, commutable en entrée Ligne (doubles connecteurs RCA, deux appareils peuvent être connectés siimultanément)
    - 4 entrées Ligne RCA
    - 1 entrée/sortie Record 
    - 1 sortie Record Output Link (niveau fixe, pour ampli casque par exemple)
    - 1 entrée Direct
    - 1 sortie pré-amplifiée (PreAmp Output)


Musiques écoutées :

  1. CD - D. Colin et Ornette - La rua Madureira (Univers Nino / Cristal records 2014)
  2. SACD - Addinsell - Warsaw Concerto (Piano Concerto, D. Angatsehewa - Ars production 2015)
  3. SACD - Vieuxtemps - Elégie op.30 (Romance Oubliée, T. Zimmermann - myrios 2014)
  4. CD - Blues Company - Invitation to the Blues (More Blues, Ballads & Assorted Love Songs - in-akustik 2008)
  5. CD - Yello - The Expert (Touch - Yello 2009)
  6. CD - Woodkid - Iron (Iron EP - Green United Music 2011)
  7. CD - G. Mahler - Revelge  (Des Knaben Wunderhorn (Henschel-Herreweghe - Harmonia Mundi 2006)
  8. CD - Schubert - La Truite "Andantino" (Alvarez Quartet-B Furtok - Tacet 2001)




IMAGE :

Depuis un certain temps nous commençons tous nos tests par l'écoute du titre "The Expert" du groupe suisse Yello, le Rega Elicit-R s'en sort avec les honneurs. Si l'extrême grave est tronqué, l'image est similaire à ce que nous avons l'habitude d'entendre, il y en a plein l'auditorium... Un vrai bonbon sucré, ou plutôt une vraie crème à la glace que cette production Embarassé Attention tout de même aux câbles de modulation employés sinon les sifflantes peuvent, ici, devenir rapidement insupportables.
Passons à des choses peut être un peu plus sérieuses avec l'écoute du mini concerto pour piano, à la manière Rachmaninov, de Addinsell. L'image sonore construite par le Rega Elicit-R manque d'ampleur, et en largeur et en profondeur. C'est comme si la musique nous était offerte en miniature, cela reste assez beau mais nous restons spectateur et à aucun moment nous ne devenons acteur et... la lassitude et/ou l'indifférence prennent vite le dessus.

TIMBRES :

La reproduction par l'amplificateur Rega Elicit-R de la voix de la chanteuse Ornette lors de l'interprétation de la chanson de N. Ferrer "La rua Madureira" propose des nuances intéressantes avec une très légère mise en avant des notes les plus aiguës. Par contre la restitution de la clarinette basse de D. Colin sur ce même enregistrement déçoit, les notes basses sont noyées dans les nappes sonores construites par les claviers électroniques ce qui n'est absolument pas le cas lors d'autres écoutes avec d'autres amplificateurs, les notes hautes ont tendance à détimbrer c'est à dire que l'instrument, à l'écoute, ne semble pas uniforme, nous avons l'impression d'être en présence de plusieurs clarinettes ce qui n'est pas le cas.  
Grande déception que l'écoute de l'Elégie op.30 de Henri Vieuxtemps dans la superbe interprétation qu'en propose l'altiste Tabea Zimmermann. La musique y est tellement belle qu'il est impossible de s'en dégager mais le rendu sonore proposé par le Rega Elicit-R ne résiste pas devant une analyse poussée. L'alto sonne sans corps et âme, le piano est présent mais impersonnel, si nous n'avions jamais écouté ce SACD sur un autre système, ce disque aurait rejoint un carton au fond de notre grenier... Mais ce n'est pas le cas, c'est l'amplificateur qui, ici, est incapable de retranscrire toutes les informations, donc toute l'émotion contenu dans ce superbe disque.
L'Elicit-R semble manquer de subtilité, de finesse dans le rendu des instruments, c'est comme si, de lui même et dans tous les cas il imposait une certaine écoute, un certain rendu un peu comme le ferait un amplificateur à lampes. 
 

DYNAMIQUE :

Pour tester la dynamique d'un amplificateur rien ne vaut un bon Blues, c'est ce que nous offre le groupe allemand Blues Company magistralement produit par le label in-akustik avec leur composition Invitation to the Blues. Hormis la gestion improbable de la ligne de basse et de la grosse caisse, le Rega Elicit-R fait correctement ce que nous lui demandons. Il manque certainement un petit brin de folie à la retranscription musicale mais tout est en place et c'est déjà pas mal.
Les critiques seront les mêmes lors de l'audition de la belle production de l'artiste français Woodkid, Iron. Tous les éléments de cette réalisation musicale sont en place, la reproduction est sage, trop sage peut être mais la dynamique de l'ensemble est, pour un tel amplificateur, respectée.


RAPPORT QUALITE/PRIX :

Depuis plusieurs mois sont arrivés sur le marché français plusieurs amplificateurs stéréo de qualité, proposés à un tarif inférieur à 2.500 euros. Dans cette liste à la Prévert, nous allons certainement en oublier mais les principaux seront nommés : Yamaha A S2100, Marantz PM14s1, Leema Elements, Audia Flight Three S, Denon 2020AE... Le Rega Elicit-R était à la vente en France avant tous ces produits et fin 2013 il représentait un bon compromis. Aujourd'hui il faut bien le reconnaître, l'acquisition de ce produit, affiché à un prix public de 2.350 euros, ne s'impose plus. Ce produit est rentré dans le rang.
Mais si vous êtes aficionados de la marque anglaise, ce que nous comprenons, nous vous conseillons d'associer cet amplificateur Rega Elicit-R à des enceintes faciles à "driver" et "légères" dans le bas du spectre sonore. Des enceintes bibliothèques telles le Souddeco Alpha M2 ou Xavian XN125 Junior nous semble être un choix judicieux.

Les "Pros and Cons"  : 

     + le design pour un produit Rega,
     + l'entrée phono MM de qualité,
     + la puissance disponible,
     -  le rendu musicale trop typé, 
     -  le manque de vitesse et de précision dans le grave,
     - le haut du spectre qui peut être assez rapidement "sale"
     
 
 Le Système d'écoute :

Amplificateur : Rega Elicit-R
Sources : Yamaha CD S3000, Onix M35
Enceintes : Xavian Carisma, Sounddeco Alpha F2
Câbles de modulation : Studio Connections Reference Plus
Câbles HP : Black Rhodium Solo DCT++
Cable secteur : Studio Connections Power Carbon SE


Les Notes  :
 
Fabrication : 14/20
Image : 12/20
Timbres : 10/20
Dynamique : 13/20
Transparence : 11/20 
Qualité/Prix : 12/20
 

 Les propos et les avis énoncés dans ce test n'engagent que l'auteur de ce test et en rien la société Opus 51

mardi, 04 août 2015 10:56

Qobuz : Playlist Opus 51

Évaluer cet élément
(2 Votes)
A la demande de certains d'entre vous nous avons créé une Playlist dans Qobuz (http://player.qobuz.com/#!/playlist/986590) des titres qui nous servent à tester les différents maillons Hi-Fi que vous découvrez dans ces colonnes.
Cette liste n'est pas exhaustive car certains artistes, certains éditeurs refusent et, cela nous le comprenons, de donner libre accès à leurs créations.

Cette Playlist s'étoffera avec le temps...

Bonnes musiques à vous !
Évaluer cet élément
(3 Votes)
En magasin nous vous proposons principalement trois marques d'amplificateurs Audio et Video : Denon, Marantz et Yamaha. Comme tous les ans, cette très mauvaise habitude existe depuis maintenant plus de 15 ans, les gammes changent et n'apportent pas de grandes nouveautés.

 

Denon
Denon AVR-X1200W : 600€ Disponible
Denon AVR-X2200W : 800€ Disponible
Denon AVR-X3200W : 1.200€ Disponible
Denon AVR-X4200W : 1.700€ Disponible septembre 2015
Denon AVR-X5200W : 2.300€ Disponible septembre 2015
Denon AVR-X6200W : 2.400€ Disponible octobre 2015
Denon AVR-X7200W : 3.000€ Disponible octobre 2015

Marantz
Marantz NR1506 : 550€ Disponible
Marantz NR1606 : 800€ Disponible
Marantz SR5010 : 1.000€ Disponible
Marantz SR6010 : 1.200€ Disponible septembre 2015
Marantz SR7010 : 1.900€ Disponible octobre 2015


Yamaha
Yamaha RX-A550 : 550€ Disponible
Yamaha RX-A750 : 800€ Disponible
Yamaha RX-A850 : 1.100€ Disponible
Yamaha RX-A1050 : 1.400€ Disponible
Yamaha RX-A2050 : 1.800€ Disponible septembre 2015
Yamaha RX-A3050 : 2.500€ Disponible septembre 2015

Évaluer cet élément
(14 Votes)
Ma première semaine d’écoutes s’achève.

J’ai écouté sur un peu plus d’une trentaine d’heures divers styles, à divers volumes.

En « classique », j’ai pu apprécier qques belles choses, comme:
Ainsi parlait Zarathustra - prélude; Karajan the legendary Decca recordings: c’est vif, avec des écarts de volume sonore rapides (dynamique?). Le roulement de timbales est un régal. Les cuivres aussi. http://player.qobuz.com/#!/track/618062
Toccata de Bach (bwv 565 il me semble) par Andre Isoir: Clairement, jamais entendu de la sorte, l’ampleur est fantastique.  http://player.qobuz.com/#!/track/11938077
Diverses versions de O fortuna -  Carmina Burana (pour le moment pas de coup de coeur pour une en particulier): Idem, l’ampleur, l’impact …
Le concerto pour violon op.47 de Sibelius (quoi de plus naturel que de faire jouer du Sibelius par des enceintes Aurelia ;-) ) par Maxim Vengerov: Je découvre des détails partout, vers 5’’15 c’est léger, superbe. Le final, franc et « péchu ». L’émotion est là.  http://player.qobuz.com/#!/track/2000486
Pour le moment, pas de grosse claque sur du piano classique (rodage ou sources?).

En électronique, j’ai écouté Jean Michel Jarre, l’album « Rendez-vous » http://player.qobuz.com/#!/album/0886445107371
Le rendu est une redécouverte de ce type musique. Beaucoup de détails, et un très beau (c’est rien de le dire) travail de spatialisation. Idem pour  « l’orchestre sous la pluie »  qui défile nettement devant moi. http://player.qobuz.com/#!/track/15919595 

En Rock, de belles choses aussi,
Parisienne Walkways http://player.qobuz.com/#!/track/5223069 rend très bien et m'emmène. Les guitares en général d’ailleurs.
Les enregistrements de Pink Floyd me semblent plutôt remarquables ( dans le sens qualité de l’enregistrement) comparé aux autres écoutés.
J’aime bien le rendu des morceaux de Serge Gainsbourg, je découvre donc son oeuvre.
L’intro Guitare/ Basse/ Batterie du temps de l’amour de Françoise Hardy me plait beaucoup plus qu’avant. Je vais essayer de chercher des morceaux avec ce style d'orchestration. http://player.qobuz.com/#!/track/15058129 
Friday night in San Francisco est aéré, détaillé, captivant. http://player.qobuz.com/#!/album/0074646516829

Ma grande surprise est sur le Jazz.
J’ai commencé par l’album Time out de Dave Brubeck http://player.qobuz.com/#!/album/0884977171662
J’ai étendu vers d’autres albums de jazz, de nombre d’artistes différents, et il me semble que j’y trouve davantage d’enregistrements de très bonne qualité.  Les détails, les timbres, la scène sonore…
Même si ce n’est pas mon genre de prédilection, c’est un réel plaisir d’y entendre de vrais instruments de façon très réaliste.
A moment d’écrire ces lignes, j’écoute Dave Brubeck, Time Out, mais un autre: http://player.qobuz.com/#!/album/8718375727324
J’ai l’impression d’être davantage proche de la scène sonore que sur le premier. Pas de voile ni sur l’un ni sur l’autre, mais des distances différentes. Je ne sais pas ce que j’aime le mieux.

L’écoute de mon premier système Hifi me fait prendre conscience de la grande hétérogénéité des qualités d’enregistrements. Comme j’avais pu m’en apercevoir a l’écoute des vinyles chez vous, l'époque de l’enregistrement n’est pas un critère pertinent pour guider un choix d'écoute à priori.
J’ai pu trouver de nombreuses pages internet  qui listent les enregistrements d’exceptions et m’ont guidé et me guident dans mes écoutes Jazz. 
En revanche, pour les autres genres, je n’ai pas trouvé grand chose. Qobuz liste bien des enregistrements d’exception, mais essentiellement sur le classique.
Il ne parait d’ailleurs pas toujours évident que les plus beaux enregistrements (techniques) soient forcements les meilleurs sur le plan artistique…
Le label Decca semble se distinguer en terme de qualité technique sur mes premières écoutes. A confirmer.


 Le Système d'écoute :

Amplificateur : Denon PMA-50
Sources : Ordinateur MAC USB 
Enceintes : Aurelia Magenta
Câbles HP : Black Rhodium Twist